Histoire variée par Claude Elien (vers 170-230 apr. J.-C.)

l'homosexualité des colombes, Phaon et les deux Sappho

 

 

Dans son Histoire de la littérature grecque, chapitre XLIX, Historiens et sophistes du IIIe siècle (Hachette, 1863), Alexis Pierron, professeur au lycée Louis Le Grand (Hachette, 1863) est parfaitement sommaire et coupant :

« Élien

La compilation d’Élien, intitulée Histoires diverses, n’est qu’un fatras de matériaux empruntés à d’autres livres, et entassés sans goût, sans jugement, sans critique. »


La quatrième de couverture du livre du sophiste Élien Histoire variée traduit et commenté par Alessandra Lukinovich et Anne-France Morand (La roue à livres, Les Belles Lettres, 2004 2e éd.) est beaucoup plus élogieuse : "

"Moraliste teinté de cynisme et de stoïcisme, Elien est avant tout un écrivain : il veut s'attacher son public, le surprendre, l'intéresser, l'amuser. C'est pourquoi il a choisi délibérément la simplicité du style et la variété désordonnée de la composition."

Elien, contemporain de Philostrate qui le décrit dans sa Vie des Sophistes est originaire de Prénestre, l'actuelle Palestrina près de Rome. Elien est donc un Romain qui maîtrise le grec attique et son prénom Claudius semble prouver son statut d'ancien esclave affranchi. Autre singularité par rapport à ses confrères sophistes, Elien est un sédentaire, il ne voyage pas. Il se reconnaît lui même davantage écrivain qu'orateur. Elien est avant tout un compilateur livresque et ne désire pas encombrer ses écrits de sources érudites, il se veut simple et emploie un langage vivant. Ses historiettes - qui entre elles ne semblent pas avoir un ordonnancement précis- commence parfois par "Aristote dit" ou "Un autre récit dit".

Pour l'individu moderne, la lecture d'Elien se rapproche de chroniques pseudo-journalistiques riches de potins et d'un zeste de philosophie. Le riche index du livre des Belles Lettres renvoie l'homosexualité à la pédérastie et à ses disciples : Livre 1. histoire 30 Ptolémée VI et Galestès ; 2.4 Chariton et Mélanippe ; 2.21 Pausanius et Agathon ; 3.10 et 3.12 Sparte ; 4.21 et 11.12 Socate et Alcibiade, Platon et Dion, 7.8, 12.7 Alexandre et Héphestion, 8.9 Archélaos et Crateuas , 8.16 Solon et Pisistrate ; 9.4 Anacréon, Polycrate et Smerdiès , 9.9 Démétrios de Phalère , 10.8 Daphnis et Hermès, 12.1 Artaxerxès et Téridatès , 13.4 Euripide et Agathon , 13.5 Laïos 14.31 Ptolémée le voluptueux. Quid de l'homosexualité féminine ? Rapprochez-vous de Sappho et seule une lecture assidue vous permettra de découvrir "l'homosexualité féminine" chez les colombes !!!

(travail inachevé : à entoiler sur le vin de Lesbos et l'histoire de Macarée le fondateur légendaire de Lesbos)


ELIEN

HISTOIRE VARIE

traduit et commenté par Alessandra Lukinovich et Anne-France Morand


LIVRE I

1. Les poulpes ont un estomac étonnant et sont imbattables dans leur capacité d’avaler n’importe quoi. (…)
14. Aristote dit que le cygne a des enfants beaux et nombreux, mais aussi qu’il a un tempérament fougueux : les cygnes sont souvent portés à la colère et au combat, et s’entre-tuent. Cet auteur dit aussi que les cygnes combattent même contre les aigles – à vrai dire, ils se défendraient contre eux, mais ne commenceraient pas les hostilités. Qu’ils sont des animaux chanteurs, c’est un bruit qui suit désormais son cours. Quant à moi, je n’ai jamais entendu de cygne chanter, pas plus sans doute que qui que ce soit ; on croit néanmoins que le cygne chante. Il a une voix harmonieuse et il est particulièrement chanteur, dit-on, lorsqu’il est au terme de sa vie. Ils traversent même la mer et volent sur la surface marine, sans que leurs ailes faiblissent.
15. C’est à tour de rôle, dit-on, que les colombes couvent. Une fois que les petits sont nés, le mâle leur crache dessus pour chasser le mauvais œil, dit-on, pour qu’on ne leur jette pas de sort. La femelle pond deux œufs, dont le premier donne sans faute un mâle et le second une femelle. Les colombes pondent en toute saison, et de ce fait enfantent jusqu’à dix fois l’an. Une histoire égyptienne circule, qui rapporte que les colombes d’Egypte pondent douze fois l’an.
Aristote dit que le biset diffère de la colombe ; la colombe serait en effet plus grande et le biset plus petit, et la colombe au contraire du biset, peut être apprivoisée. Le même auteur dit que le mâle ne monte pas la femelle avant de l’avoir embrassée : si le baiser manque, les femelles se refusent au commerce avec les mâles. Il ajoute ceci : les colombes femelles s’unissent même entre elles, lorsqu’elles n’ont pas commerce avec les mâles. Elles n’introduisent pas de commerce avec les mâles. Elles n’introduisent pas de sperme les unes dans les autres, mais elles pondent néanmoins des œufs,, sans que ces œufs leur donnent des petits. S’il faut s’en remettre à Callimaque, celui-ci affirme que le pigeon ramier, la pyrallide, la colombe et la tourterelle n’ont aucune ressemblance les uns avec les autres. Des récits indiens disent que les colombes de l’Inde sont de couleur jaune pomme.
Charon de Lampsaque dit que des colombes blanches firent leur apparition autour du Mont Athos, lorsque les trières des Perses coulèrent en tentant de le contourner.
Sur le mont Eryx en Sicile, là où se trouve le temple d’Aphrodite, auguste et pur, les habitants célèbrent à une date déterminée la fête du Départ en mer et disent qu’Aphrodite fait voile de la Sicile vers la Libye. Au même moment, les colombes disparaissent de l’endroit, comme si elles partaient avec la déesse. On s’accorde à dire que d’habitude, une grande quantité de ces oiseaux envahit le temple d’Aphrodite.
De leur côté, des récits d’Achaïe disent que Zeus prit lui-même la forme d’une colombe, quand il tomba amoureux d’une jeune fille du nom de Phthia. Cette Phthia habitait AEgion.

(...)

LIVRE 12

(...)

17. Démétrios, qui était à la tête de si nombreux peuples, se rendait en armes chez la courtisane Lamia, son diadème sur la tête. Il considérait comme extrêmement honteux de faire venir cette femme chez lui. En revanche, il allait chez elle sans se cacher. Quant à moi, je ferais porter ma préférence sur Théodoros, le joueur d’aulos, puisque Lamia le fit appeler mais qu’il déclina l’invitation.
18. Phaon, le plus beau des hommes, fut caché par Aphrodite dans des laitues . Un autre récit dit qu’il était nocher, qu’il faisait cela comme métier. Un jour, Aphrodite arriva et voulut traverser. Il l’accueillit avec plaisir, tout en ne sachant pas qui elle était, et la mena avec beaucoup d’empressement là où elle voulait. Pour le récompenser, la déesse lui donna un vase d’albâtre, et cet albâtre contenait une huile parfumée. Phaon s’en enduisit et devint le plus beau des hommes. Les épouses des Mityléniens tombèrent donc amoureuses de lui . Il fut finalement pris en flagrant d’adultère et mis à mort.
19. La poétesse Sappho, fille de Scamandronymos, est décrite comme une belle femme aussi par Platon, fils d’Ariston . Mais je suis informé qu’il y avait une autre Sappho à Lesbos, courtisane et non poétesse.


accueil

Tout et Rien sur Sappho de Lesbos

bibliothèque lesbienne par auteurs

musée lesbien

sexualité et saphisme. Ici dessin d'Ange et Damnation

 
   

Bibliosapphisme :

index des auteurs anciens - bibliosapphisme des XVI au XVIIIe s. - bibliosapphisme à partir du XIXe siècle

Bibliographie :
- Élien Histoire variée traduit et commenté par Alessandra Lukinovich et Anne-France Morand Collection La roue à livres éditions Les Belles Lettres (2004, première édition 1991)

Liens lesbiens :
???

   
www.saphisme.com
Page entoilée le 19/03/2006 et mise à jour le 00/00/00

© Copyright 1999-2010

pour écrire à la webmastrice : contact@saphisme.com

Édition sur le net :

- des traducteurs et commentateurs francophones de Sappho de Lesbos
- de textes littéraires ou scientifiques qualifiés de lesbiens par abus de langage
- d'une iconographie et d'une pinacothèque dénommées pompeusement "musée lesbien".


Par passion livresque, sapphique, lesbienne, littéraire et pour tuer le temps.