Sappho de Lesbos : Iconoraphie sapphique antique et moderne

 

 

 

La philatélie saphique : trois timbres répertoriés chez saphisme.com

Le musée lesbien chez saphisme.com

 
 
 
I) ICONOGRAPHIE DE L'ANTIQUITÉ
Les attributs de Sappho, comme ceux de tout poète antique, sont la lyre, instrument de musique accompagnant la poésie et le rouleau de papyrus représentant les poèmes de l'époque archaïque conservés à travers les siècles. Sappho est souvent accompagnée des dieux Eros ou Aphrodite à laquelle la poétesse s'adresse dans ses odes, et de personnages historiques comme Alcée, poète lesbien contemporain de Sappho ou de figures féminines représentant ses élèves ou ses amies.
 
 
 
 
 

Edith Mora auteure de Sappho histoire d'un poète (Flammarion, 1966) propose en appendice une orientation iconographique malheureusement dénuée d'illustrations. Je la cite amplement et vous offre parfois l'image de l'objet décrit :

LES TERRES-CUITES :

  1. Bas de relief de terre cuite, (fragment) - d'époque archaïque [VIe siècle av. J.-C.] sans doute destiné à être suspendu au mur - la plus ancienne représentation de Sappho (mais son nom manque), assise, tenant le barbitos et écoutant un homme (Alcée) qui lui parle. Trouvé à Mélos (Milo).
  2. Figurine de terre cuite de Myrina (en Eolide ou Asie Mineure, proche de Lesbos) :assise, Sappho joue de la cithare ; un Eros enfant est près d'elle. Conservé au Musée du Louvre.

LES VASES PEINTS :

 
  1. Le "Kalpis d'Athènes",
  2. le calathos ou le cratère d'Agrigente dit "vase de Munich",
  3. le vase de Vari ou l'hydrie attique (pl. VII vase à figures rouges),
  4. L'hydrie d'Athènes et
  5. le vase de la collection Middleton aujourd'hui perdu.

 

1. LE KALPIS D'ATHENES est un vase à glaçure noire peut-être fabriqué par le potier attique Philosthénès. Sappho, peinte en traits blancs, coiffée d'un chignon, revêtue d'un péplos à pois et parée de boucles d'oreilles tient sur son bras la lyre à sept cordes et le plectre dans sa main gauche. Son nom - Phsatho - est inscrit avec deux fautes d'orthographe.

2. LE CALATHOS OU LE CRATERE D'AGRIGENTE DIT "VASE DE MUNICH" :

Ci-contre "le vase de Munich", datant de 480 avant J.-C. peut-être dû au peintre Hermonax, trouvé à Agrigente en Sicile, est conservé au musée de Munich. Ce bel objet attique est un cratère, grand vase à deux anses, dans lequel les Grecs mélangaient l'eau et le vin. Cliquez sur le vase pour le voir en grand format.

"Un vase à figures rouges, conservé à Munich, représente désigné par leur nom, Alcée et Sapho ; tous deux tiennent en main le barbitos et le plectre, qui servait à toucher les cordes. Le poète incline la tête devant la poétesse ; le visage de Sapho a une expression sévère et même sévère. La scène répond évidemment à la tradition que reproduit Aristote (Rhétorique, I, 1367 ; fragt d'Alcée 64), quand il dit qu'en réponse à ce vers d'Alcée : "Je veux dire quelque chose, mais la honte me retient", Sapho a composé ceux-ci : "Si tu avais le désir du beau et du bien, et si ta langue ne préparait pas quelque parole mauvaise, la honte ne se lrait pas dans tes yeux, et tu parlerais honnêtement." Alcée a-t-il fait réellement à Sapho une déclaration d'amour que celle-ci aurait repoussée ? La question sera examiné à propos du fragment d'Alcée.

in Alcée-Sapho par Reinach et Puech éd. Les Belles Lettres p. 20

 

Ch. Picard dans son article La Rencontre d'Alcée-Sapho décrit avec force détail ce calathos et croit à la traditon de la déclaration d'amour d'Alcée repoussée par Sappho.


3. LE VASE DE VARI :
 

 

 

 

Ce vase découvert à Vari près d'Athènes est conservé au musée athénien. Il est attribué au peintre Polygnotos (par Beazley, Athen-red-figured vases). Assise, Sapho lit ses poèmes. Elle est entourée de Nikopolis qui tend une couronne au-dessus de sa tête et de deux jeunes-filles dont la première tient une lyre.

Sur le papyrus lu par Sappho sont transcrits le titre du poème "paroles ailées" et l'incipit "j'écris mes vers avec de l'air".

 

 

 

 

Cette "planche VII VASE A FIGURES ROUGES" dessinée par Jules Chaplain membre de l'Institut (académie des Beaux-Arts) d'après le vase de Vari est extraite du livre "Les Céramiques de la Grèce propre - vases peints et terres cuites" par Albert Dumont et Jules Chaplain (Firmin Didot, 1881). (Livres et gravures sont numérisés par Digimon - Maison de l'Orient et de la Méditérannée, Lyon - France.). Des détails de ce vase de Vari illustrent un timbre   de 1996 et une télécarte de 2003 grecs :

  

 

E. Pottier offre une notice du vase de Vari parmi un "choix de vases de la Grèce propre" dans l'ouvrage posthume d'Albert Dumont et Jules Chaplain "Les Céramiques de la Grèce Propre tome premier Histoire de la peinture des vases grecs depuis les origines jusqu'au Ve siècle avant Jésus-Christ suvie d'un choix de vases peints trouvé en Grèce" (Firmin Didot, 1888) :

Sapho et ses compagnes. - Hydrie à figures rouges du Musée de la Société archéologique d'Athènes (3), trouvée à Vari ; en haut de la panse, bande de palmettes réunies par des volutes ; en bas, grecque régulière mêlée de croix semées de quatre points. Haut. 0m30. Depuis que ce vase a été gravé pour l'ouvrage de M. Dumont, il a été publié de nouveau par M. Comparetti qui a réuni les peintures relatives à Sapho (4) Elles sont au nombre de six :

une hydrie de la collection Dzialinsky (1), de style archaïquen avec le dessin du personnage en lignes incisées sur le fond noir et des applications de blanc sur les chairs (2) Sapho debout, marchant à droite et jouant de la lyre ; inscription SAØO

un cratère du Musée de Munich(3) à figures rouges de style sévère (Alcée et Sapho debout et tenant chacun une lyre  : inscription ALKAIOS. SAØO;

un vase de la collection Middleton (4), à figures rouges de style libre de la fin du Ve siècle : Sapho assise devant Eros volant qui lui tend une couronne ; inscriptions SAPHO  TA?AS

un lécythe  figures rouges, d'un beau style un peu plus tardif (5) dont on a perdu actuellement [1888] les traces (Apollon et les Muses, Thamyris assis jouant de la lyre, Sapho groupée avec Aphrodite, Peitho et des Eros ; inscriptions APOLLON, THAMYPIE, SAO...

enfin une hydrie à figures rouges d'Athènes (6) dont on connait qu'une description : cinq femmes jouant de la musique et parmi elles Sapho assise avec la lyre : inscription Saphon et

l'hydrie attique qui fait le sujet de notre planche.

D'après le style de la peinture et le caractère des inscriptions (emploi de l'Oméga, du Sigma et du ?. forme du L et du P, ce vase peut être de la seconde moitié du Ve siècle. Il y a quelques divergences dans la lecture des inscriptions faite par les savants qui ont examinés l'original à Athènes. Il n'y a pas d'hésitation sur les noms des compagnes de Sapho. Nikopolis et Kallis. M. Halbherr, qui a étudié les inscriptions pour M. Comparetti, lit le nom complet de la poétesse, SAPPHO (7), là où MM. Dumont et Collignon ne donnent que SAP. Sur les côtés du volumen que tient Sapho assise, M. Halbherr a lu : PTEPAE(+E I et EPEA, c'est à dire ptera exei epex, réminiscence de l'expression homérique epex pteroenta. M. Collignon a déchiffré pour les premiers mots : IITEPDET I; M. Dumont IITEADET ; M. Heydemann, IITEPOETI (8). L'inscription centrale se lit assez  facilement juqu'à la huitième ligne : OEOIHEPIONE - PEONAP+OMAI, θεοí, ηερíων επεων αρχομαι (1). M. Comparetti suppose ensuite un mot αλλων &qui ne donnerait pas de sens précis. L'hypothèse de M. Collignon est plus séduisante, agg(elos) n(éon) u(m)n(on), et elle s'accorde ssez bien avec la lecture de M. Dumont, mais elle laisse beaucoup de place aux restitutions. M. Heydemann propose de lire archomai a(dein). On ne retrouve malheureusement pas dans les fragments qui nous ont été conservés de Sapho ce début plein de gravité. Mais il n'est pas douteux qu'il ne fasse partie des oeuvres saphiques. On connait plusieurs exemples de ces citations de vers lyriques que les peintres avaient dans la mémoire et qui étaient probablement populaires (2).

M. Comparetti a donné du sujet représenté sur ce vase une interprétation pleine de tact et de goût. On sait quelle répugnance les peintres de vases antiques ont eue pour les sujets et les personnages historiques

 
Maxime Collignon et Louis Couve nous offre une description du vase de Vari dans leur "Catalogue des vases peints du musée national d'Athènes" (Paris, 1902) :
VASES PEINTS DU MUSÉE D'ATHÈNES

III. — HYDRIES

1241. — 1.289 (1260) (C, 517). — H., 0,39.
Hydrie à trois anses.

 

Le Vase a été recollé. Les lèvres du col sont ornées de godrons; sur le col, des patinettes très élégantes. Grecque au bas de la panse.

Au milieu, Sappho est, assise sur une chaise longue; dans le champ, à côté, on lit : ^AP ? ? - Elle est, tournée à droite, vêtue d'une robe à longues manches, aux plis très fins, le bas du corps drapé dans nu himation. La tête est belle, la physio- nomie gracieuse et fine. Elle tient des deux mains un feuillet manuscrit dont les lettres sont lisibles (voir plus loin). A droite, deArant elle, deux jeunes filles en himation se tiennent debout et paraissent écouter avec une attention respectueuse. L'une d'elles tient wne lyre; l'autre s'appuie sur l'épaule de sa com pagne. Derrière Sappho, une troisième jeune fille, tournée à droite, étend une main au-dessus de Sappho, comme si elle s'apprêtait à la couronner, et, tient l'autre main cachée sous son manteau. Dans le champ, deux couronnes, l'une au-dessus de Sappho, l'autre au-dessus du groupe des jeunes filles. Dans le champ, près -de la jeune fille de droite, on lit : KAAA-IV
Près de celle de- gauche :. NIKOPOAIV

Travail soigné. Les figures de gauche paraissent plus fine ment traitées. La composition est. très heureuse. Le style de la peinture et la paléographie des inscriptions indiquent la seconde moitié du V siècle.

Le feuillet que tient Sappho porte les lettres suivantes :

OEOI
HEPI

nN

ETTE

nu

?PX
OM
AI A

rr-

N-
Y-

N-

M...Collignon a proposé la restitution suivante : Ose! rjspîwv- 'E-ÉWV [ÏV/OIJ.X!. drpc[SÀS;] vféwv] U[IA]V[O>V]. M. Heydemann lit : [a]0-/0^2'. afSîiv]. Sur la marge de droite, on lit : ETTEA (sTtsa), écrit .en travers, et sur celle de gauche : IITEPAET, ou bien HTEAÀÊT, ou.IlTEPOETI.

Ce beau vase a été publié : 1° dans Dumont, Céram. de la Grèce propre, 1, pi. VI, p. 359 (Polder): 2° par Comparetti. Museo I/.aliano, 1S86, II, p. 41-80, pi. VI. On trouvera dans ces deux ouvrages le catalogue des peintures de vases, relatives à Sappho.

L'inscription a encore été étudiée par Heydemann, Rhein. Muséum, 1881, p. 469; Kretschmer, Vaseninschriflen, p. 93, qui lit : y.pyz\).y.<. K'ÀXJMV] 'ir.iy. r.-~pi=:{y)-{y] .

 

 


4. L'HYDRIE D'ATHENES (vase à eau en terre cuite, chez les Grecs anciens) est un vase à fond blanc où Sappho, appuyée sur les genoux d'Aphrodite, déesse de la Persuasion et de la Beauté, reçoit une colombe des mains d'Eros ailé. Sur ce vase sont également, entre autres, nommés et représentés, Apollon et Thamarys (collect. Jatta à Ruvo en Italie)

 


SAPPHO A POMPEÏ :

 

Portrait de jeune fille, dit « de Sappho », Pompéi, Ier siècle apr. J.-C.

Fresque, diamètre : 29 cm. Musée archéologique national, Naples.

 

 

« Aucun portrait grec de Sappho ne nous est parvenu. Mais peut-être s'en souvenaient-ils ces artistes originaires de Grèce pour la plupart , qui l'ont représentée sur des fresques de Pompéi ; l'une d'elles, surtout est pleine de vie et de fraîcheur. A vrai dire, on pense presque à la manière de Mme Vigée Lebrun devant cette jeune femme aux grands yeux pensifs, aux courtes boucles emprisonnées dans une résille, qui mordille, d'une petite bouche en coeur, le bout de son stylet, avant d'écrire un poème sur les tablettes de cire qu'elle tient toutes prêtes dans sa main potelée. »

Sappho histoire d'un poète (Flammarion, 1966, p. 104) par Edith Mora.

 

 


 

Ci-dessus portrait imaginaire de la poétesse Sappho (format de la gravure 138 x 88 mm) contenu dans le livre "Les poésies d'Anacréon et de Sapho,  traduites en françois, avec des remarques, par Madame Dacier" édité en 1716 chez la Veuve de Paul Marret.

 

Planche extraite de l'encyclopédie Panckouke, partie Antiquités (1804) format avec les marges 30,5 x 23 cm sans les marges 23 x 16 cm Pittacus, Bias, Periandre, Chitlon, Lycurge.

 

Ci-dessus portrait imaginaire de Sappho de Lesbos in Les Vrais Pourtraits et vies des Hommes Illustres Grecs Latins et Payens Recueilliz de leurs Tableaux, Livres et Médales (médailles) Antiques et Modernes - par André Thevet Angoumoysin Premier Cosmographe du Roy A Paris par la veuve I. Keruert et Guillaume Chaudiere Rue St Jacques 1584

 

 

 


 

 
 
 
II) ICONOGRAPHIE SAPHIQUE MODERNE :
 

Les Représentations de Sapho au Musée d'orsay

 
 

 

Sapho (1852) du sculpteur et peintre français James Pradier (Genève 1792-Bougival 1852)

Marbre avec rehauts d'or (lyre en bronze doré) H : 120 cm, L : 117 cm, Paris, Louvre, Inv. RF 2990


 

Sapho (1925, bronze) du sculpteur et peintre Antoine Bourdelle (Montauban 1861- Le Vésinet 1929)

 

 

 
Pour plus de représentations de Sappho voir le musée lesbien de Saphisme.com


accueil

Tout et Rien sur Sappho de Lesbos

bibliothèque lesbienne par auteurs

musée lesbien

sexualité et saphisme. Ici dessin d'Ange et Damnation

 
   

Bibliographie :



Liens lesbiens :
voir mes pages picturales http://www.musee-lesbien.com

   
www.saphisme.com
Page entoilée le 28/06/2003 et mise à jour le 25/06/2011

© Copyright 1999-2011

pour écrire à la webmastrice : contact@saphisme.com

Édition sur le net :

- des traducteurs et commentateurs francophones de Sappho de Lesbos
- de textes littéraires ou scientifiques qualifiés de lesbiens par abus de langage
- d'une iconographie et d'une pinacothèque dénommées pompeusement "musée lesbien".


Par passion livresque, sapphique, lesbienne, littéraire et pour tuer le temps.