AHMAD AL-TIFACHI (poète érotologue XIIIe siècle),

"LES DÉLICES DES CŒURS", MASSAGES ET SAPHISME, traduit par René R. Khawam

 

Abou'l-Abbâs Ahmad est originaire de Tîfâche près de Gafsa dans le Sud Tunisien. Né en 1184, il étudia à Tunis, poursuivit ses études en Égypte et à Damas (en Syrie). Il écrivit de multiples ouvrages juridiques, scientifiques et littéraires. L'Encyclopédie de l'Islam (t. IV, p. 790) l'honore du titre de " Météore de la Religion " et cite un manuscrit sur des pierres précieuses. Dans "Les Délices des cœurs", manuscrit traduit en 1981 de l'arabe par René R. Khawam, le poète érotologue Ahmad al-Tîfâchî rapporte les anecdotes et les poèmes transmis oralement dans les pays d'Occident et d'Orient évoquant les mœurs en toute liberté.

LES RÈGLES DE MASSAGE ET LES MANIÈRES DES MASSEUSES.
BONS MOTS, ANECDOTES ET VERS SPIRITUELS QUE L'ON A RAPPORTÉS À LEUR SUJET.

Les médecins assurent que cette maladie se déclare dès la naissance de la personne qui en est affectée. Mais ils ne sont pas d'accord sur les causes qui la provoquent. Certains ont mis l'accent sur la configuration de l'organe féminin. Celui-ci doit avoir à peu près la même forme que celui de l'homme, à ceci près que le sexe de l'homme se dresse au dehors et se trouve muni d'un canal étroit, tandis que celui de la femme est tourné vers l'intérieur et possède un conduit large. Quand le sexe de l'homme pénètre l'organe de la femme, il le bouche donc à la perfection, en long aussi bien qu'en large, et c'est précisément pourquoi la femme en éprouve du plaisir, ce plaisir découlant du contact étroit des deux muqueuses accolées lors de la conjonction. Nos médecins ont constaté par ailleurs que si la longueur du sexe de l'homme varie d'un individu à l'autre, il en va de même pour celui de la femme. Si par un heureux hasard les dimensions du sexe féminin coïncident avec celles du partenaire qui l'investit, la femme ne pourra s'empêcher d'aimer ledit partenaire. Dans le cas contraire elle se mettra à le détester. Il arrive ainsi que la distance entre l'ouverture et le fond de l'huis soit minime, tandis que le sexe de l'homme est exagérément long. La femme, du coup, ne pourra manquer de détester tous les hommes en général, leur préférant la douceur des jeunes masseuses - à moins de tomber ensuite sur un homme dont le sexe soit juste à sa taille. De même, la femme dont l'huis est trop profond ne se trouvera vraiment satisfaite que par des hommes dont le sexe est excessivement développé. Il faut savoir enfin que certaines femmes dotées d'un huis particulièrement court ne trouvent jamais de sexe viril à leur convenance : leur dégoût pour l'homme, dans ce cas, est permanent, la maladie qui les tient ne pouvant plus les lâcher.

" J'ai lu dans les livres anciens, écrit Ibn Mâsawayh, que la prédisposition au massage vient à la femme de ce que sa mère, au moment de l'allaitement, consommait en trop grandes quantités du céleri, de la roquette ou du lotus avant de lui donner le sein : les éléments qui contiennent ces plantes passent dans le lait et se fixent principalement entre les jambes du nourrisson, provoquant en cet endroit de vives démangeaisons. Il se passe alors pour les femmes ce qui se passe chez les hommes de tempérament passif - dont la maladie n'a d'autre origine qu'une démangeaison dans le fondement. "
La propension au massage peut aussi se déclarer plus tard, chez les filles que l'on expose à l'amour avant l'âge où le corps est complètement développé. Arriver à la nubilité dans de telles conditions fait naître par contraste un violent désir des caresses féminines, de même que la passivité chez les hommes naît fréquemment d'une initiation trop précoce aux femmes - ainsi que nous le démontrerons dans la suite de ce volume. Cela dit, une habitude ainsi acquise peut disparaître facilement, pour peu que passe un peu de temps et qu'un nouvel objet se propose alors à la satisfaction du désir. La tendance innée, en revanche, est difficile à guérir, car elle est loin d'accepter un traitement médical, comme nous l'avons montré il y a un instant.

Si l'on en croit un autre médecin, le massage obéit à une propension innée à ne recevoir d'excitation qu'en un point précis situé juste à l'endroit où se rejoignent les deux lèvres de l'huis, lieu que l'on pourrait comparer à une sorte de furoncle renversé. Les exhalaisons qui se condensent tout autour sont source de chaleur et provoquent de violentes démangeaisons à la racine des deux lèvres, cette chaleur ne tombant et ces démangeaisons ne cessant que sous l'effet du frottement induit par le contact avec une autre femme. Si en effet la démangeaison se dissipe tandis que la température s'abaisse et que le feu s'apaise, c'est tout simplement parce que l'eau que la femme laisse couler dans son excitation est froide, ce qui amène la masseuse à chercher par tous les moyens à la faire jaillir, tandis que celle de l'homme est chaude et ne saurait lui être ici d'aucun secours.

Sache, ô lecteur, que les femmes qui se trouvent dans ces dispositions se considèrent comme des chefs-d'œuvre de grâce et se classent entre elles suivant cette qualité, le titre de " gracieuse " qu'elles se donnent les unes aux autres comportant divers degrés plus ou moins élevés. Si nous disons incidemment d'une femme qu'elle est gracieuse, elles subodoreront aussitôt qu'elle s'adonne au massage. Elles éprouvent les unes pour les autres les plus vives passions, tout comme les hommes d'ailleurs, quoique avec plus d'intensité encore. Chacun dépensera pour l'autre autant que l'homme pour la femme dont il est le plus passionnément épris, parfois, même le double, voire le quadruple, allant jusqu'à prodiguer pièces d'argent et d'or par centaines et même par milliers. J'ai connu en Occident l'une de ses femmes : après avoir dépensé pour l'objet de ses désirs tout ce qu'elle possédait en numéraire, et malgré les reproches de son entourage qui finit par se lasser, elle fit inscrire au nom de la personne aimée tout le bien-fonds dont elle disposait - soit à peu près l'équivalent de cinq mille dînârs.
Les femmes de cette espèce emploient également une quantité de parfum qui dépasse vraiment la limite ordinaire, et leur façon de s'habiller trahit un tel souci de propreté que ce mot même semble ici insuffisant. De même choisissent-elles leur mobilier, leur nourriture et jusqu'au moindre objet dont elles s'entourent avec tant de soin qu'on serait bien en peine de trouver ailleurs que chez elles, et ce dans tous les siècles, rien qui fût de meilleure qualité ou de meilleur goût.

La règle entre elles veut que dans le jeu de l'amour, celle qui aime se place au-dessus et celle qui est aimée au-dessous - à moins que la première n'ait un corps trop frêle ou la seconde des formes plus développées : dans ce cas, c'est la plus légère qui se met au-dessous et la plus corpulente au-dessus, car son poids, facilitant le frottement, permet une friction plus efficace. Voici comment elles procèdent : celle qui doit rester en dessous s'étend sur le dos, allonge une jambe et replie l'autre tout en inclinant légèrement son corps sur le côté, offrant ainsi son huis largement ouvert ; l'autre cependant loge en son giron la jambe repliée, pose les lèvres de son huis entre les lèvres qu'on déploie à son intention et se met à en frotter l'huis de sa compagne en un mouvement de haut en bas et de bas en haut qui met en branle tout le corps. Cette opération est baptisée " massage du safran ", car c'est de cette façon très précisément qu'on écrase le safran sur les étoffes à teindre. L'opération doit insister chaque fois sur une lèvre en particulier, la droite par exemple, puis sur l'autre : la femme changera alors légèrement de position de façon à bien frictionner la lèvre gauche... et elle ne cesse d'agir ainsi jusqu'à ce que ses désirs et ceux de sa partenaire soient assouvis. On assure qu'il n'est d'aucune utilité de chercher à appuyer sur les deux lèvres à la fois, car le lieu où naît le plaisir reste alors en dehors de l'action. Notons enfin que les deux partenaires peuvent s'aider à ce jeu d'un peu de graisse de saule parfumée au musc.

Mais il est d'autres conditions qui président aux activités amoureuses entre femmes, conditions qui peuvent donner lieu à des considérations infiniment détaillées, mais qui ne s'en révèlent pas moins hautement nécessaires : d'abord une connaissance parfaite des lois qui régissent la conduite lubrique des femmes, mais aussi un art consommé de cette musique d'amour que produit le souffle lorsqu'il sort de la gorge ou qu'il passe par les narines, enfin une science tout aussi consommée des phrases qui provoquent le transport passionnel et déchaînent à volonté des tempêtes de désir. Autant de vertus que ces femmes prisent plus que tout, dont elles s'entretiennent sans se lasser à longueur de réunions, qu'elles enseignent à leurs élèves, qui les couvrent de cadeaux de haut prix pour être autorisés à se perfectionner auprès d'elles.

On raconte que Djanna al-Madaniyya, l'une des plus célèbres masseuses, dit un jour à sa fille :
- Veille toujours à donner comme accompagnement à ces mouvements de va-et-vient où je te sais savante la douce musique du souffle qu'exhalent tes narines. Apprends enfin qu'un seul des airs que modula un jour ma gorge excita à tel point les chameaux du khalife 'Othmâne, fils de 'Affâne, que rompant leurs entraves, ils s'enfuirent dans le désert... et que nul encore n'a pu les rattraper.

Voici à présent une aventure dont fut victime un juge égyptien que chacun dans son pays considérait comme une notabilité, personnage parfaitement digne à tout égard de tenir le premier rang parmi ses concitoyens. Il l'a lui-même confié à un lettré de Damas, de qui je la tiens. Elle a pour cadre le cimetière d'al-Qourâfâ, où les femmes se rassemblaient chaque semaine sous le prétexte d'honorer leurs morts. Personne ne venait les y déranger. On ne pouvait même pas critiquer leur assiduité à venir en ce lieu, ni même les blâmer d'y passer la nuit, puisque nombre de fondations pieuses mettaient à leur disposition des gîtes destinés à abriter tous ceux qui voulaient s'adonner à des prières nocturnes

- J'étais sorti un jour de chez moi, raconte le juge en question, pour aller passer la nuit avec ma famille dans un gîte de ce cimetière - uniquement motivé, faut-il le dire, par les besoins de la piété. Les miens avaient pris les devants, précédés d'un porteur de torche, munis de tout ce qu'il fallait pour s'asseoir, manger et nourrir les bêtes. J'étais resté derrière car je tenais à fermer moi-même la maison et, quant j'atteignis le cimetière, le soleil venait de se coucher, la nuit déjà se mêlait au jour. Je cheminais le long des murs de clôture, en un endroit particulièrement désert, quand j'entendis, venant d'un mausolée parmi d'autres, une étonnante musique d'amour. C'était une modulation rauque, exhalée par une gorge haletante : une mélodie pneumatique qui faisait vibrer l'air lui-même, accompagnée par le sifflement subtil des narines. Cette musique arrachait l'esprit, pénétrait au plus profond du cœur. Je n'avais jamais rien entendu de semblable, je n'imaginais même pas que quelqu'un pût proférer, sur un rythme aussi régulier, un chant d'une telle intensité, des paroles aussi osées. Les instruments à cordes auraient pu prendre modèle sur cette étrange musique, et je suis sûr que le plus habile joueur de flûte connaîtrait un succès non pareil à vouloir seulement en imiter les accents. Je poussai ma monture jusqu'au mur du cimetière, sur lequel je me hissai, impatient de jeter un regard de l'autre côté.

Je découvris deux femmes, l'une juchée sur l'autre. Celle qui était dessous, de race turque, présentait une si grande perfection de corps que la pleine lune elle-même en eût été jalouse, une harmonie de proportions si parfaite que le rameau feuillu d'un jeune arbre en eût crevé de dépit. Blanche de peau, elle rayonnait de fraîcheur et offrait aux regards des seins arrondis et fermes. La chevauchait une femme plus corpulente, fort belle aussi, propre, coquette, d'un genre tout différent. Elle s'appliquait à masser consciencieusement sa compagne, et c'était elle qui proférait toutes ces paroles lascives que j'avais entendues. L'autre se bornait à lui répondre en termes laconiques, comme un maître d'école qui se serait adressé à l'un de ses élèves.
A ce spectacle, ma vertu m'obligea à les interpeller à grands cris :
" - Levez-vous toutes les deux immédiatement, et que Dieu vous maudisse !
Je ne pouvais faire moins que de descendre de ma monture, de boucler la porte du clos où elles se cachaient et de m'en aller quérir l'assistance de quelque passant, histoire de leur administrer une bonne correction devant témoin. Mais comme j'arrivais à la porte, celle qui chevauchait la belle étendue se leva. L'autre voulut l'imiter mais sa compagne l'arrêta :
- Reste à ta place. Garde ta position.
La belle resta comme elle était, étendue sur le dos, tandis que sa partenaire lui dévoilait complètement le ventre, le nombril, la gorge. Apparut une surface aussi polie que le marbre : deux seins à présent sans voile, comme deux fruits du grenadier, un ventre semblable à une dune de sable doré où brillait l'escarboucle du nombril, flacon de pur cristal. Plus bas, la partie chaude, blanche mais nacrée de rose, était une vraie merveille : je n'avais jamais rien vu de si beau, tant en proportion qu'en éclat.

-Malheur à toi, bête brute ! me cria celle qui était debout. Toi, le pénible, as-tu jamais contemplé une merveille comparable à celle-ci ?
- Par Dieu non ! fus-je obligé d'avouer.
- Eh bien, viens prendre ici ce gibier que tu n'as même pas eu à poursuivre !
A ces paroles, et devant ce spectacle, je crus perdre la raison. J'oubliai mes principes religieux, sentis que mon envie allait être la plus forte.
Malheur à toi ! dis-je à la femme. Comment faire ? J'ai avec moi mon mulet.
- Je le tiendrai moi-même.

Je descendis de ma monture. Dieu m'est témoin qu'en agissant de la sorte, j'allais contre mon premier mouvement. Je confiai les rênes du mulet ainsi que mon fouet à cette créature, et pénétrai dans le mausolée. Je commençai par dégager mes jambes des bandes qui les enveloppaient, au risque de laisser celles-ci traîner par terre ; puis ce fut le tour de mes pantalons bouffants, dont je dénouai la cordelette ; je passai ensuite à mon manteau persan, dont je dus vivement rejeter les pans par-dessus l'épaule ; enfin ma main put relever les franges de ma tunique, et je fus en mesure de m'approcher de la femme étendue. Je me pendais enfin sur elle, la tête de mon instrument venait tout juste d'effleurer les lèvres de son huis, dont il commençait à peine à éprouver la douceur moelleuse et la rayonnante chaleur, quand j'entendis soudain un bruit de galop. C'était mon mulet qui prenait la clé des champs, rendu tout à coup aussi fringuant qu'à sa promenade matinale. L'autre femme cependant ne cessait de crier :
" - Le mulet s'est échappé !

Je me redressai aussitôt, l'esprit troublé, et sortis du mausolée. J'eus tout juste le temps d'apercevoir l'animal qui filait dans l'obscurité au milieu des tombes, fuyant Dieu sait où. Je m'élançai à sa poursuite dans l'état où j'étais : le sexe haut dressé, les pantalons flottants, les bandes déroulées autour des mes jambes et traînant par terre , le manteau persan toujours relevé . Je courrai à perdre haleine, m'étalant parfois de tout mon long et me relevant tant bien que mal. Et le mulet de vagabonder mieux que jamais, et moi de m'acharner à sa suite. C'était évident : cette maudite femelle, avant de laisser aller les rênes, avait dû flanquer un bon coup de fouet dans les flancs de la bête, qui se vengeait à présent en filant à toute allure, décochant ruade sur ruade à quiconque l'approchait. Et moi qui la suivais envers et contre tout, titubant, chancelant, dans une tenue qui aurait fait s'esclaffer un homme à qui on viendrait d'apprendre la mort de son enfant, qui aurait arrêté dans sa course un malheureux pressé par le besoin naturel le plus insistant... si seulement on m'avait caricaturé sur le papier dans cet accoutrement - et combien plus drolatique encore devait être l'effet de la réalité !
C'était l'heure où d'ordinaire on apportait au mulet en question son fourrage. La faim devait déjà se faire sentir : en effet il s'apaisa au bout d'un moment, et je le vis prendre tranquillement le chemin de la ville. Je m'efforçais comme je pouvais de le rattraper, soucieux surtout de ne pas le perdre de vue au beau milieu de la nuit, ce qui eût donné au premier venu l'occasion de le monter, me laissant pour seul acquit la poussière de la route.

Les gens que je croisais, me voyant dans l'état où j'étais, m'adressaient des réflexions, mais j'étais incapable de comprendre ce qu'ils disaient. Je me bornais simplement à répéter en guise de réponse :
- Dieu est plus grand ! Dieu est plus grand !

Sans doute était-ce là un moyen de me consoler de ce qui m'était arrivé, et peut-être d'oublier la ruse où m'avait fait trébucher cette femelle débauchée. Un souvenir m'obsédait : j'entendais encore le rire de cette femme qui résonnait dans mon dos comme je me lançais à la poursuite du mulet, tandis qu'elle m'appelait en hurlant :
- Reviens, ô juge ! Viens-là ! Mais où va-t-il ?
Quant à l'autre créature, elle avait ri de plus belle lorsqu'elle m'avait vu partir sans demander mon reste.

Finalement le mulet ne s'arrêta qu'une fois de retour à la maison. Il appuya tout simplement son museau contre la porte et demeura immobile. Mais à ce moment là, je ne songeais qu'à ces gens que je n'avais cessé de croiser en chemin dans la tenue que l'on sait, et dont beaucoup me connaissait fort bien... même si quelques-uns pouvaient ignorer qui j'étais.

Une petite anecdote à présent, après cette longue histoire :
Un personnage important s'adresse un jour à un individu réputé pour son impudence :
- Par Dieu, j'aimerais bien voir comment opèrent les femmes qui pratiquent le massage !
- Si tu y tiens vraiment, répond l'autre, tu n'as qu'à rentrer un jour chez toi sans t'annoncer - et sans faire de bruit.

L'on a tantôt blâmé la pratique du massage, tantôt l'on a avancé des raisons qui pouvaient la justifier. On prétend ainsi que les femmes s'y livrent surtout par crainte des pièges et du déshonneur de l'adultère. Ismâ'îl, fils de Mouhammad, rapporte quant à lui une réplique qu'il tenait de " Fromage aigrelet ", la célèbre entremetteuse. Celle-ci, ayant transmis un jour à une femme le message d'amour d'un homme, reçut cette réponse :
- Pourtant, moi aussi, je l'aime.
- Que ne lui rends-tu alors visite, s'étonna Fromage aigrelet.
- Par crainte qu'à l'issue de l'opération, nous soyons trois et non deux...

Citons enfin cette déclaration de Rose la Grande Masseuse :
" Nous autres, membres de la Compagnie du massage, prenons notre plaisir en nous assemblant chacune avec une de nos pareilles, la blanche avec la noire, la forte avec celle qui a la sveltesse de la tige de bambou. Et nous nous émerveillons ensemble de la découverte de nos trésors : des lèvres qui sont semblables au chrysanthème matricaire, des cheveux aussi doux que la fourrure du lièvre, une joue qui fait songer aux pétales de l'anémone ou à la pomme rose, un sein qui est comme le fruit du grenadier, un ventre que l'on peut comparer à un dôme sur ses quatre piliers, un organe féminin aussi ardent que si le feu s'y était mis, deux lèvres aussi charnues que celle de la génisse, une motte aussi dodue que la bosse de la chamelle, un petit tapis fourré qui évoque la laine ivoirine de la queue d'un bélier tondu ras, le tout imprégné de musc et de safran, tel le roi sassanide Chosroès Anouchirwâne au milieu de la salle du trône... sans oublier les accroche-cœurs d'un noir bleuté sur les tempes, les gorges parées de perles et d'hyacinthes, les cous ornés de colliers du Yémen et d'écharpes égyptiennes.

"Telles sont les femmes avec lesquelles nous nous isolons, nous livrant par jeu à des reproches d'amour véhéments, à des modulations musicales raffinées, à des battements de cils ensorceleurs, et capturant ainsi de vive force les esprits vitaux des cœurs. Puis, lorsque la poitrine s'est adaptée à la poitrine, lorsque le cou s'est collé au cou, lorsque les deux lèvres se sont placées sur les deux lèvres, lorsque chacune des deux partenaires, uniquement préoccupée de l'autre, s'est employée à ce que, les souffles devenant par degrés plus violents, les sensations plus accaparantes, la chaleur qui monte progressivement vers ma tête fasse disparaître entre elles toute notion de retenue, alors vient le moment de laisser libre cours aux milles impulsions du plaisir, aux pensées intimes que l'on tient d'habitude soigneusement cachées, à l'habileté naturelle, aux dons innés qui se manifestent par prédilection dans l'opération d'amour sous forme de succions, pincements, gages donnés et reçus, rapines, râles, palpitations, ronronnements murmures, soupirs à fendre l'âme d'un imberbe, à lui faire crier miséricorde si jamais ils pouvaient parvenir jusqu'à lui, le tout soutenu par ces gestes, par ces élans qui permettent de soulever, d'abaisser, de mettre en branle, de retourner, de brûler - sans pour autant susciter l'angoisse. Et tout cela est donné et reçu selon les rites d'une politesse royale, sur fond de gémissements subtils jusqu'à ce que, le jeu touchant à sa fin et les transports peu à peu s'apaisant, tu sentes venir à toi comme le zéphyr caressant les fleurs de mars, comme les effluves d'un vin, comme cette odeur têtue, qu'exhale la boutique du cabaretier, jusqu'à ce que tu en arrives en fin à contempler avec ravissement le tremblement du tendre bourgeon de saule sous la caresse des gouttes de pluie... Si les philosophes pouvaient concevoir ce que nous ressentons alors, ils se trouveraient plongés dans une stupéfaction sans bornes. Si les maîtres du badinage et les experts en transports amoureux pouvaient en faire l'expérience, ils s'envoleraient aussitôt dans les airs... "

Passons maintenant aux vers qui ont été composés sur ce sujet :

 

Parmi les choses les plus étonnantes qui se puissent voir
en ce monde - et, par Dieu, je crains
qu'on ne puisse rein faire pour l'éviter
ou pour le prévenir -,
ce simple fait :
lorsque deux personnes de sexe opposé
passent la nuit ensemble dans un même lit
surgit presque immanquablement
un troisième être qui vient se loger entre elles.

Et ces autres vers :

Seule à seule, je me suis étendue
tout près de mon amour,
et j'ai surpassé les hommes
par mon habileté.

Si mon massage agit sur elle
avec assez de persuasion, nul doute qu'elle n'adopte
définitivement ces jeux frivoles,
renonçant à jamais aux entreprises du mâle !

Que de massages nous avons menés,
ô ma sœur,
prenant pour cela
soixante-dix prétextes.

Je décevais mes amants
en me dérobant à leurs caresses
dès que je sentais approcher
la tête de leur instrument.

Je craignais bien sûr d'être enceinte
et de laisser paraître une grossesse
qui n'eût pas manqué de réjouir l'ennemi,
mais j'avais surtout peur d'encourir
le blâme des censeurs, châtiment
qui est bien le pire que je sache.

Tandis que nous, rien de tel ne nous menace
lorsque nous nous caressons,
à l'inverse des adultères...
et même si leur appétit
s'en trouve mieux satisfait
- à en croire les sages-femmes.
(...)
Quelques vers sur ce thème, pour finir...

Que Dieu maudisse les masseuses
barbouillées de jaune et de rouge !
Elles ont jeté partout le discrédit
sur les femmes les plus honorables.

Elles ont inventé un tournoi
où l'on n'use pas de la lance,
heurtant seulement à grand bruit
bouclier contre bouclier !

Un autre poète enchérit :

Par Dieu ! si mon instrument
pouvait venir à ta rencontre,
je jure que je saurais faire durer
le repas du soir jusqu'au petit matin !

Tu saurais alors que le meilleur massage
n'est jamais que contrefaçon :
la seule vérité est celle qui se conquiert
à la pointe des instruments.

D'un autre :

Ô vous, Dames du Massage,
dans l'Occident et dans l'Orient,
réveillez-vous, car conjoindre
est plus savoureux que masser.

Réveillez-vous, car le pain n'est bon
que s'il accompagne quelque chose d'autre :
on ne fait pas facilement descendre le pain
dans le gosier en s'aidant seulement de pain.

S'il est d'usage de raccommoder un tissu déchiré
à l'aide d'une pièce d'étoffe semblable,
que penserez-vous d'une personne sensée
qui songerait à combler un trou
à l'aide d'un autre trou ?

Comment se servir d'une masse
sans y adapter un manche,
si l'on éprouve un jour le besoin
de concasser quelque chose.

 

Toujours dans le même sens :

Laisse là le massage qui ne te retient
que par tromperie. Aucune masseuse
ne peut savourer à fond
le plaisir qu'elle poursuit.

Prends plutôt pour ton bonheur une tête dénudée
que tu auras vu grossir et s'allonger :
elle seule t'apportera
ce que tu as toujours cherché
en fait de combustion et de rapiéçage.

Quand donc as-tu vu, malheureuse,
quelqu'un chercher
à boucher un trou
avec un autre trou ?

Et pour conclure dignement :

A celle qui désire avec ardeur
le massage, dites seulement ceci :
" Pourquoi espérer trouver un bien
dans les voies que Dieu a jugé bon
d'interdire ?

Tu te trompes,
ô toi dont le corps est parfait,
si tu préfères l'œuvre de massage
à l'art merveilleux du petit roseau. "

 

 

 

accueil

Tout et Rien sur Sappho de Lesbos

bibliothèque lesbienne par auteurs

musée lesbien

sexualité et saphisme. Ici dessin d'Ange et Damnation

 
Bibliographie :
???

Liens lesbiens :
???

 

© Copyright www.saphisme.com 1999-2010

pour écrire à la webmastrice : contact@saphisme.com


Page entoilée le

28/06/2003 et mise à jour le 01/01/2004


Édition sur le web :
- des traducteurs et commentateurs francophones de Sappho de Lesbos
- de textes par des auteurs qualifiés "lesbiens" par abus de langage dans
www.litterature-lesbienne.com
- d'une iconographie et d'une pinacothèque dénommées pompeusement "musée lesbien"
par passion livresque, sapphique, lesbienne, littéraire et pour tuer le temps.