musée-lesbien.com chez saphisme.com
 
 

du lesbianisme chez Achille Devéria

 
 Gamiani Deux nuits d'excès

 

 

 Le Harem , lithographie extraite du Conte des Mille et Une Nuits

 

 

L' Odalisque

 

Né à Paris en 1800, décédé dans cette même ville en 1857.

Peintre, dessinateur, graveur mais surtout illustrateur et lithographe français. Il expose au Salon des Artistes Français dès 1822 et son jeune frère Eugène deviendra également célèbre par ses peintures. Malgré quelques œuvres historiques ou religieuses, Achille s'intéresse très tôt à la gravure et particulièrement à la lithographie dans la technique très élaborée de la "manière noire" dont il deviendra le maître incontesté. On lui attribue plus de 3 000 gravures.
Cette pratique l'amène évidemment à l'illustration des œuvres des grands écrivains de l'époque romantique dont il fera aussi les portraits : Hugo, Dumas, Musset, Sand, Baudelaire (à partir d'un dessin de celui-ci) Gautier, Mallarmé, Lamartine, etc. On lui doit aussi de nombreuses gravures de costumes anciens et même des décors de théâtre, en particulier pour des pièces de Musset et de Hugo. Ces qualités exceptionnelles de lithographe le font nommer en 1849 conservateur au cabinet des estampes de la Bibliothèque Nationale.

En sus de l’illustration des Contes de La Fontaine, il réalise avec bonheur de nombreuses gravures érotiques avec des personnages tout à fait dans le goût de l'époque. Toutefois, il se démarque de cette dernière par sa manière de traiter les sujets. Ainsi alors que Ingres, le maître incontestable (d’après lui-même.. !) de la peinture contemporaine a peint « la grande odalisque » et son frère Eugène en a fait un portrait tout à fait classique, Achille lui, l’imagine évidemment langoureusement étendue sur un sofa mais, tout habillée et… fumant la cigarette. L’œuvre fit scandale, on s’en doute. Et puis bien sûr il y a eu Gamiani. Oeuvre dont la première importance est d'avoir été écrite et publiée à une époque où le puritanisme socio-religieux vouait à l’enfer toute liberté sexuelle et particulièrement le saphisme. "Gamiani, ou Deux nuits d'excès " reste une œuvre anonyme même si tout porte à croire qu'elle fut écrite par Alfred de Musset en collaboration avec George Sand. Autres énigmes, sa date de publication et le lieu : est-ce Bruxelles ou Paris en 1831, 32 ou bien 33 ? Il n'est pas certain que la page de couverture publiée ici soit celle de la première édition mais c'est celle qu'illustra Achille Devéria et il semble probable que ce soit la première parution : les illustrations sont bien des lithographies " à la manière noire " dans l'édition originale comme nous les avons reproduites, et Devéria connaissait bien Musset et George Sand.

D’ailleurs la maison des Devéria, rue Notre-Dame des Champs (Achille fut le premier peintre qui s’installa à Montmartre) était le rendez-vous de toute la jeunesse romantique et il semble que ce que l’on appellera plus tard la « vie de bohême » ait commencé là dans l’atelier du peintre. Détail amusant, les gravures « coquines » de Devéria se vendaient à prix d’or évidemment sous le manteau et ses modèles préférés étaient sa femme et ses sœurs qui se prêtaient de bon cœur à toutes les fantaisies érotiques de l’artiste. Ces jeunes femmes se limitaient-elles alors à prendre la pose ou bien achevaient-elles la « tâche » ? Nous nous permettons de l’imaginer vu la précision de certaines scènes.

Hasard du destin, Musset et Devéria sont morts en 1857 à quelques mois d'intervalle.

Achille Devéria a illustré de nombreux ouvrages érotiques et en particulier les « Mille et Une Nuits » en 1838 / 1840 ouvrage publié par P.-M. Pourrat et illustré par plusieurs artistes. Dénommée sûrement à tord « Le Harem », la lithographie publiée ici en est extraite. Nous reproduisons également ci-dessous une gravure provenant de « Diabolico Foutromanie » exécutée en 1835.

(introduction de l'Inconnue Nue)

Ici la webmastrice de www.saphisme.com censure l'Inconnue Nue et ne laissera pas passer sur saphisme.com cette "diabolique foutromanie" car elle ne voit pas la seconde femme qui doit illustrer le lesbianisme !! A moins que le sujet diabolique debout soit une femme déguisée en diablotin !!! L'Inconnue nue devra user d'arguments lesbiens et massifs pour que sa webmastrice bien-aimée lève la censure !!!!

(A Paris le 26 février 2005 C.E.)

 


Lire notre page sur Gamiani

 

 

 

 

 

 
 haut page
 
hau
 haut page
 

Bibliographie :
Bonnet Marie-Jo : Les Deux Amies, Essai sur le couple de femmes dans l'art, éditions Blanche, 2000

Achille Devéria témoin du romantisme parisien 1800-1857 Musée Renan-Scheffer 16, rue Chaptal, Paris 9e Annexe du Musée Carnavalet 18 juin- 29 septembre 1985. Les Musées de la Ville de Paris.

Liens lesbiens :
???

accueil

Tout et Rien sur Sappho de Lesbos

bibliothèque lesbienne par auteurs

musée lesbien

sexualité et saphisme. Ici dessin d'Ange et Damnation

haut de page
     
 

www.saphisme.com
Page entoilée le 20/04/2004 et mise à jour le 00/00/0000

pour écrire à la webmastrice : saphisme.com@orange.fr

© Copyright 2000-2010
Édition sur le net :

- des traductions et commentaires francophones de l'œuvre de Sappho de Lesbos dans www.sapphodelesbos.com
- de textes littéraires à connotation lesbienne ou sapphique dans www.litterature-lesbienne.com

- d'une iconographie pompeusement dénommée www.musee-lesbien.com.
Le tout par passion livresque, saphique et sapphique, lesbienne, littéraire et pour tuer le temps.