musée-lesbien.com chez saphisme.com
 
 
LA MORT DE SAPHO PAR GUSTAVE MOREAU, PEINTRE SYMBOLISTE (1826-1898)
ET SAPHO MORTE PAR JEAN LORRAIN, POETE (1855-1906)
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 
Dans les oeuvres picturales et poétiques ci-dessous présentées, n'est point honorée la poétesse lesbienne aux amours saphiques mais la poétesse "à la lyre d'ivoire" qui se suicide au mont Leucade pour des amours (hétérosexuelles) contrariées.

 

 

.
.
.
.
.
28 juillet 1884, Jean Lorrain à Gustave Moreau.................
.
Cher maître

Encore un larcin, une idée dérobée au vaste poème, que j'ai été feuilleter en hâte en vous quittant l'autre vendredi chez Lecadre(1).

J'ai entrevu, plus, que je n'ai vu, un corps harmonieux brisé sur un écueil, des falaises épiques dans un claire de lune de rêve, toute une Héllas héroïque et légendaire, que j'ai devinée ou plutôt que j'ai faite de nacre argentée et de givre à travers les gris et les noirs de la photographie, et les rimes ont chanté tout à coup dans ma mémoire, cette Sapho a éveillé un souvenir… et je me suis rappelé, moi aussi, une femme morte dans un paysage épique et lunaire.

C'est ce souvenir, enfermé dans quatorze vers, que je viens vous prier d'accepter, c'est-à-dire que je viens encore vous imposer, comme s'impose un écho.

Voudrez-vous me pardonner, cher maître, d'avoir essayé de tirer un reflet de la lumière et voudrez-vous accueillir cette Sapho en gage des profondes résonnances, qu'éveille en mon âme la peinture qui m'impressionne le plus au monde.

Votre
Jean Lorrain
Fécamp, 28 juillet 1884
in Jean Lorrain Gustave Moreau Correspondance et Poèmes, Edition présentée et annotée par Thalie Rappetti, RMN, 1998, pages 38-39.
 
(1)"Etabli rue de La Rochefoucauld (à Paris), Lecadre était un photographe spécialisé dans les portraits et les oeuvres d'art." (note de Thalie Rappetti, page 85).

SAPHO MORTE
(Première version)
 
La divine était morte : entre les vagues noires
De ses longs cheveux d'ombre étendue et les yeux
Clos à jamais, Sapho, cadavre harmonieux,
Gisait sous la falaise au pied des promontoires.
 
Dans des blancheurs de givre et des bandes de moire
Montait la calme lune et ses rais lumineux
Baignaient l'eau transparente, où la fille des dieux
Dormait, les bras croisés sur sa lyre d'ivoire.
 
Dans l'ombre au pied des rocs, pareils à des phalènes,
Des goélands neigeux, qu'argentait un rayon,
Se croisaient, puis fuyaient, comme un flot d'ombres vaines
 
Attirés vers la morte où, pâle vision,
Un grand oiseau de mer, ouvrant deux ailes blêmes,
Planait, fantôme ailé de ses vivants poèmes !

Jean Lorrain

SAPHO MORTE
(Seconde version publiée dans l'Echo de Paris)

 

La Divine était morte : entre les vagues noires
De ses longs cheveux d'ombre étendue et les yeux
Clos à jamais, Sapho, cadavre harmonieux,
Gisait sous la falaise au pied des promontoires.
 
Dans des clartés de givre et des frissons de moire
Montait la calme lune et ses rais lumineux
Trempaient l'eau transparente, où la fille des dieux
Dormait les bras croisés sur sa lyre d'ivoire.
 
Au loin, au pied des rocs, pareils à des phalènes,
Des goélands neigeux, qu'argentait un rayon,
Se croisaient, puis fuyaient, comme un flot d'ombres vaines
 
Attirés vers la Morte où, pâle vision,
Un grand oiseau de mer, ouvrant deux ailes blêmes,
Planait, spectre ébloui de ces vivants poèmes.

Jean Lorrain

 

 

 
 
 
 
 
 

("En 1883, Gustave Moreau est lui-même chargé par Auguste-Emmanuel Vaucorbeil, directeur de l'opéra national de Paris au Palais Garnier, de 1879 à 1884, de réaliser des costumes pour Sapho, opéra de son ami Charles Gounod. Le projet de Moreau ne fut finalement pas retenu, mais ses aquarelles furent vendues au profit de la veuve de Vaucorbeil, décédé en 1884." sources Palais Garnier.)

 
 

 

 

 

 

 

 
 
 
hau
 haut page
 

Bibliosapphisme :

index des auteurs anciens - bibliosapphisme des XVI au XVIIIe s. - bibliosapphisme à partir du XIXe siècle

Bibliographie :

- Jean Lorrain Gustave Moreau Correspondance et Poèmes, Edition présentée et annotée par Thalie Rappetti, RMN, 1998.
- Gustave Moreau, RMN, 1998.
- Bonnet Marie-Jo : Les Deux Amies, Essai sur le couple de femmes dans l'art, éditions Blanche, 2000


Liens lesbiens :
Musée :
Le musée Gustave Moreau (appartement et atelier) se situe dans son ancienne demeure 14, rue de La Rochefoucault, Paris Métro Trinité, tél. 01 48 74 38 50, tous les jours (sauf Mardi) de 10 h à 12 h 45 et de 14 h à 17 h 15 ; tarif entrée : 3,50 euros et tarif réduit 2,30 euros ; gratuit pour les moins de 18 ans.

http://www.dessins-musee-moreaux.fr consultation des 60 dessins de Moreau se rapportant à Sapho de Lesbos.

accueil

Tout et Rien sur Sappho de Lesbos

bibliothèque lesbienne par auteurs

musée lesbien

sexualité et saphisme. Ici dessin d'Ange et Damnation

haut de page
     
 

www.saphisme.com
Page entoilée le 28/06/2003 et mise à jour le 29/09/2010

pour écrire à la webmastrice : saphisme.com@orange.fr

© Copyright 2000-2010
Édition sur le net :

- des traductions et commentaires francophones de l'œuvre de Sappho de Lesbos dans www.sapphodelesbos.com
- de textes littéraires à connotation lesbienne ou sapphique dans www.litterature-lesbienne.com

- d'une iconographie pompeusement dénommée www.musee-lesbien.com.
Le tout par passion livresque, saphique et sapphique, lesbienne, littéraire et pour tuer le temps.