DE L'HOMOSEXUALITÉ FÉMININE CHEZ L'ABBÉ MATHIEU DE MONTREUIL, POÈTE DE RUELLES DU XVIIe SIÈCLE FRANÇAIS  

Fils d'un avocat au Parlement, Mathieu de Montreuil (1620?-1691) (dit "Montereul, surnommé le fou" dans l'historiette sur Conrart de Tallement des Réaux) était qualifié par ses contemporains de " fou, d'Abbé galant et de Bel Esprit ". Sa cousine Madame de Sévigné écrivit qu'il était " mille fois plus étourdi qu'un hanneton ". Son frère Jean de Montreuil fut membre de l'Académie française et lui présenta ses " illustres collègues ". Propriétaire d'abbayes dont il tira les bénéfices sans porter l'habit ecclésiastique, Mathieu de Montreuil fut secrétaire d'un prince puis d'un évêque qui devint archevêque d'Aix. Montreuil acheva sa vie professionnelle en qualité de greffier d'Université et mourut à Aix. Son inhumation eût lieu le 21 août 1691 dans l'église aixoise Saint-Sauveur.

Mathieu de Montreuil participa à de nombreux recueils collectifs de l'époque et sa renommée s'étala jusque dans le "Dictionnaire des Précieuses" de Somaize et dans la septième satire de Boileau :

" On ne voit point mes vers, à l'envi de Montreuil
Grossir impunément les feuillets d'un recueil. "

Mathieu de Montreuil publia en 1666 ses œuvres (correspondances et poésies). Dans quelques stances une femme brûle d'amour pour une autre femme au point de regretter de ne pas appartenir à l'autre sexe. Dans la revue littéraire Les Marges (1926, réédition aux Cahiers Gai Kitsch Camp,1993), le littérateur Louis Perceau complète notre information sur le Saphisme en Poésie :

"Une seconde réimpression, incomplète cette fois, en fut faite en 1878. Cette édition préparée... par Octave Uzanne, contient quelques pièces inédites, tirées d'un manuscrit appartenant à l'éditeur et parmi lesquelles un Sonnet sur l'amour que deux Femmes ont l'une pour l'autre. Ce qui fait donc deux poésies saphistes au compte de Mathieu de Montreuil."

 
STANCES
UNE FILLE A UNE AUTRE FILLE
toutes deux pensionnaires dans une Religion.
Première édition 1666
 
 
Vous que le ciel a mis au rang des plus parfaites,
Vous dont les yeux brillants rangent tout sous leur loy,
Si je vous réponds mal au beaux vers que vous faites,
Mon coeur en récompense, y répond bien pour moy.
 
Je vous aime si fort que cela me surprend
Si le ciel m'eut traitée avec quelque justice,
Il m'eût faite d'un sexe au vostre différent,
Et quel plaisir j'aurois à vous rendre service !
 
Quand votre âme, à présent pour moi toute enflammée,
Devroit estre en ce temps plus froide qu'un glaçon,
Quand je serois haï comme je suis aimée,
J'y gagnerois, je crois, jusques à vos refus.
 
Lors, je ne vous verrois qu'au travers d'une grille,
Mais enfin, ma Philis, je vous verrois pourtant.
Hélas ! pourquoi faut-il que je ne sois que fille ?
Ou bien pourquoi faut-il que je vous aime tant ?

SONNET
SUR L'AMOUR QUE DEUX FEMMES ONT L'UNE POUR L'AUTRE
Première édition 1878

Collection poëtes de ruelles au XVIIe siècle
Cloris, la passion pour moi que tu ressens,
Par les naissans accez d'une ardeur violante,
Est-ce feu tout pareil qui règne sur mes sens
Par les vives ardeurs d'une flâme naissante ?
Ainsi, nos cœurs, unis par des liens puissans,
Jouissent des plaisirs que l'Amour leur présente.
Je me trompe, Cloris : nos feux sont innocens,
Et leur conformité rend l'ardeur impuissante.
Mais, puisqu'il faut céder à la nécessité,
Consolons-nous, ma sœur, en cette adversité,
Et souffrons sans regret ces impuissantes flâmes
Que si quelqu'un, un jour, nous reproche nos feux,
Nous lui dirons qu'Amour, en embrasant nos âmes,
Treuva manque d'un trait pour l'une de nous deux.
   

Mathieu de Montreuil (1620?-1691)

 

 

 
 
BIBLIOGRAPHIE :
 
1 - Les Œuvres de Mathieu de Montreuil, A Paris, chez Louis Billaine, 1666. In-12.
2 - Les Œuvres de Monsieur de Montreuil, Paris, Thomas Jolly, 1671, in-12, portrait gravé en frontispice, Edition collective donnée par l'auteur lui-même, contenant sa correspondance et ses poésies.
3 - Poésies de M. de Montreuil augmentées de pièces inédites, Publiées avec préface et notes par Octave Uzanne. Paris, Jouaust-Librairie des Bibliophiles, 1878.
4 - "Le Saphisme en Poésie aux XVIe et XVIIe siècle" par Octave Uzanne Louis Perceau et L. Delestudes in La Revue Les Marges N° 84 du 15 juin 1921 et N° 85 du 15 juillet 1921 réédité aux Cahierrs Gai Kitsch N° 19, 1993.
5 - Littérature érotique et libertine au XVIIe siècle, Essai par Michel Loude, Arléas éditeur, Lyon, 1994. (ne contient pas de réf. à son propos).
6 - Anthologie poétique française, choix, introduction et notices par M. Allem XVIIe siècle tome II Garnier Flammarion (poche), 1966 retient 5 poèmes et 3 épigrammes de Mathieu de Montreuil.(poète non retenu dans l'anthologie de la poésie française de La Pléiade)
7 - Œuvres Complètes de Boileau, introduction par Antoine Adam, textes établis et annotés par Françoise Escal, La Pléiade, Gallimard, 1979.
8 - Dictionnaire des Précieuses de Somaize (Montreuil y apparait sous le nom de Mitrane in "Les Précieuses ou comment l'esprit vint aux femmes" par Roger Duchêne, Librairie Arthème Fayard, 2001.
9 - Historiettes de Tallemant de Réaux, édition établie et annotée par Antoine Adam, La Pléiade, Gallimard, 1990, (tome I page 583 historiette sur Conrart).
 
 
 

accueil

Tout et Rien sur Sappho de Lesbos

bibliothèque lesbienne par auteurs

musée lesbien

sexualité et saphisme. Ici dessin d'Ange et Damnation

   
Bibliographie :
???

Liens lesbiens :
???
   
www.saphisme.com
Page entoilée le 28/06/2003 et mise à jour le 28/06/2003

© Copyright 1999-2010

pour écrire à la webmastrice : contact@saphisme.com

Édition sur le net :

- des traducteurs et commentateurs francophones de Sappho de Lesbos
- de textes littéraires ou scientifiques qualifiés de lesbiens par abus de langage
- d'une iconographie et d'une pinacothèque dénommées pompeusement "musée lesbien".


Par passion livresque, sapphique, lesbienne, littéraire et pour tuer le temps.