Nicolas Germain Léonard (1744-1793) , le Temple de Gnide de Montesquieu, Lesbos et Sapho  

 
Nicolas Germain Léonard (1744-1793), natif de la Guadeloupe, lieutenant général de l'amirauté et auteur de plusieurs romans adapta en vers en 1772 le conte en prose de Montesquieu (1689-1755) Le temple de Gnide publié en 1725.

En voici l'interprétation en vers du passage lesbien donnée par Léonard à comparer avec celle de Pierre -Nicolas Colardeau :

 

LE TEMPLE DE GNIDE

Mis en vers (1772) par Nicolas Germain Léonard

d'après le conte en prose (1725) de Montesquieu

 

(...)

Je me hâtai de fuir : mais, battu par l'orage,
Mon vaisseau de Lesbos aborda le rivage.
C'est encore un séjour peu chéri de Vénus :
Elle ôte la pudeur au visage des femmes,
La faiblesse à leurs corps, et la crainte à leurs âmes.
J'y vis avec effroi les sexes méconnus.
Vénus, fais-les brûler de feux plus légitimes !
A la nature humaine épargne tant de crimes !
Lesbos est le pays de la tendre Sappho :
Les murs de Mytilène ont été son berceau.
Cette fille immortelle, ainsi que son génie,
Se consume sans fin d'une flamme ennemie :
A soi-même odieuse, et pleurant sa beauté,
Elle cherche toujours son sexe qu'elle abhorre.
Comment d'un feu si vain est-on si tourmenté ?
Ah ! l'amour, disait-elle, est plus terrible encore,
Plus cruel dans ses jeux que l'amour irrité.

(...)


accueil

Tout et Rien sur Sappho de Lesbos

bibliothèque lesbienne par auteurs

musée lesbien

sexualité et saphisme. Ici dessin d'Ange et Damnation

 
   

Bibliosapphisme francophone :

index des auteurs anciens - bibliosapphisme des XVI au XVIIIe s. - bibliosapphisme à partir du XIXe siècle

 

Liens lesbiens :
???

   
www.saphisme.com
Page entoilée le 23/03/2005 et mise à jour le 13/03/2010

© Copyright 1999-2010

pour écrire à la webmastrice : contact@saphisme.com

Édition sur le net :

- des traducteurs et commentateurs francophones de Sappho de Lesbos
- de textes littéraires ou scientifiques qualifiés de lesbiens par abus de langage
- d'une iconographie et d'une pinacothèque dénommées pompeusement "musée lesbien".


Par passion livresque, sapphique, lesbienne, littéraire et pour tuer le temps.