DU SAPHISME CHEZ THEDORE HANNON, POETE BELGE (1851-1916)

 

Théodore Hannon est l’un des poètes lesbiens de l’œuvre libertine du XIXe siècle (Georgs Briffaut Editeur, 1951).

Dans cette anthologie, Louis Perceau écrit les notices sur les poètes et poétereaux :

« Hannon (Théodore) : Né à Iselles (Belgique), en 1851. Peintre, poète et auteur dramatique. Mort en 1916 »

Le poème Jaloux est extrait du recueil Rimes de Joie (1882) de Théodore Hannon. Ici le locuteur-poète jalouse la mer et la Nature qui entraînent la baigneuse progressivement en toute sensualité vers le gouffre de la petite mort, ici une noyade qui rappelle le saut de Leucade. « Puis la mer enfin t’engloutit ». La mer n’est autre qu’une amante, qu’un amour aux pouvoirs entre Eros et Thanatos, autant maléfiques que guérisseurs. « La vague aux lesbiennes ivresses » convoque « un baiser de Sapho géante ».


JALOUX

Eh ! oui, jaloux ! je suis jaloux,
Ce que l’on peut appeler comme
Une kyrielle de loups,
Mais ce n’est pas certes d’un homme

Car je suis jaloux de la mer !
De la vaste mer amoureuse
Dont le flot qu’on prétend amer
Possède une âme langoureuse…

A l’ombre des cabines, près
De l’eau verte qui te flagelle,
Et plus morose qu’un cyprès
Sous le vent du Nord qui me gèle,

O ma baigneuse, j’admirais
Ton corps si beau dans son costume,
Que le flot où tu te mirais
Croyant à la Vénus posthume,

Vint lécher, lui, le flot altier,
Tes pieds que tu recroquevilles
Et river, galant bijoutier,
De clairs anneaux à tes chevilles.

Ensuite, à ton mollet cambré
Voulant nouer sa jarretière ,
Il trama sur le derme ambré
Un maillot pour la cuisse altière.

Prodiguant son baiser salin,
Et sans pitié de nos tortures,
Toujours montant, le flot câlin
Te mit aux hanches des ceintures.

Or, soudain commença l’assaut
De ta poitrine demi-nue ;
La vague écumante, d’un saut,
Bondit de la croupe charnue

Et resta surprise devant
Le flot de ta gorge qu’azure
Un fin réseau ; lors, me bravant,
L’audacieuse prit mesure

Pour un corset… Tes seins jaseurs
Interrompirent leurs harangues
En voyant ces étranges sœurs
Les darder de leurs mille langues.

Plus indiscret qu’un amant,
La vague aux lesbiennes ivresses
T’enveloppait étonnamment
De ses infécondes caresses…

Puis la mer enfin t’engloutit
Enamourée, âpre, béante ,
Te roulant pâmée en son lit
D'un baiser de Sapho géante.

accueil

Tout et Rien sur Sappho de Lesbos

bibliothèque lesbienne par auteurs

musée lesbien

sexualité et saphisme. Ici dessin d'Ange et Damnation

 
Bibliographie :
???

Liens lesbiens :
???

 

© Copyright www.saphisme.com 1999-2011

pour écrire à la webmastrice : contact@saphisme.com


Page entoilée le

28/06/2003 et mise à jour le 01/01/2004


Édition sur le web :
- des traducteurs et commentateurs francophones de Sappho de Lesbos
- de textes par des auteurs qualifiés "lesbiens" par abus de langage dans
www.litterature-lesbienne.com
- d'une iconographie et d'une pinacothèque dénommées pompeusement "musée lesbien"
par passion livresque, sapphique, lesbienne, littéraire et pour tuer le temps.