Du lesbianisme chez le poète symboliste Albert Samain (1858-1900) 

 

"Reflet lointain de ses grands maîtres parnassiens et symboliques" (R. Sabatier), Albert Samain (1858-1900), admirateur de Baudelaire, offre quelques poèmes chastes où l'homosexualité tant féminine que masculine transparaît. Dans un salut à la Luxure long de cinquante distiques, Albert Samain ne s'interdit pas d'évoquer les cités incendiées par la main de Dieu. Léon Bocquet, son biographe, écrit :

"C'est par exception que dans un sonnet Aux Oiseaux, Albert Samain a situé une scène saphique dans un décor contemporain. N'était que le manuscrit original dispose le quatorzain sous l'image de deux jeunes pensionnaires trop étroitement enlacées, il n'y a là ni un mot brutal, ni aucune de ces précisions lesbiennes devant quoi n'hésitait pas Renée Vivien. Et pourtant "la chair s'émeut" et l'étrange hymen s'accomplit."

Saphisme.com n’a pas encore trouvé ce poème… merci à l’internaute qui comblera mes lacunes… Bocquet poursuit :

"Ebauche maladroite encore, mais restée presque chaste du duo amoureux de Naïs et Lydé, les vierges de quinze ans, qui dans une page inoubliable d'Aux Flancs du Vase," s'étreignent.
LES VIERGES AU CREPUSCULE

- Naïs, je ne vois plus la couleur de tes bagues...
- Lydée, je ne vois plus les cygnes sur les vagues...
- Naïs, n'entends-tu pas la flûte des bergers ?
- Lydé, ne sens-tu pas l'odeur des orangers ?
- D'où vient qu'en moi, Naïs, monte un frisson amer
A regarder mourir le soleil sur la mer ?
- D'où vient ainsi, Lydé, qu'en frémissant j'écoute
Le bruit lointain des chars qui rentrent sur la route ?
Et Naïs et Lydé, les vierges de quinze ans,
Seules sur la terrasse aux parfums épuisants,
Sentent leur cœur trop lourd fondre en larmes obscures.
Et sous leurs fronts penchés mêlant leurs chevelures,
D'une étreinte où la bouche à la bouche s'unit,
Sanglotent doucement dans le soir infini...



LUXURE

Luxure, fruit de mort à l'arbre de la vie,
Fruit défendu qui fait claquer les dents d'envie.
(...)

Luxure, haleine ardente au long des cœurs charnels.
Passion, mer de pourpre aux frissons solennels.

Vigne de volupté, grappe lourde, ambroisie.
Vin du sexe qui met le sexe en frénésie.

Baume du mal amour. Cordial de rancœur.
Auberge de la route aux pèlerins du cœur.

Frissons d'éternité vibrés par l'éphémère.
Fontaine vive où boit en courant la Chimère.

Giron des esseulés, Vaillance des Peureux.
Opium de l'esclave, et Chienne du lépreux.

Urne jamais tarie où s'acharne la lèvre.
Faiblesse du puissant, et puissance du mièvre.

Male herbe de minuit tueuse de remords.
Gourde qui fait encor ouvrir la bouche aux morts.

Vaisseau splendide et nef des grandes nostalgies,
Cinglant, haute la proue, au large des orgies.

Jument du cavalier qui va, naseau béant,
Les poils dressés, au grand galop, vers le néant.

Lacs de soufre où l'on voit - au fond - brûler encore
Les jardins de Sodome et les tours de Gomorrhe.

Ciel d'angoisse aux confins du sentier éperdu.
Martyre ! Pleurs d'extase au long du cœur tordu !

Tour noire où l'Enchanteur, dans un cercle de flammes,
Adjure l'infini par les rites infâmes.

Appétit du péché mortel, et soif et faim.
Gouffre, soleil sans ombre et spirale sans fin.

Luxure, nerf des nerfs, acide de l'acide,
Luxure, ultime amour damné qui se suicide.

Spasme vers l'unité. Noces dans l'absolu.
Luxure, fin du monde et cycle révolu.

Vierge d'or et de sang, vierge consolatrice,
Vierge vierge à jamais, vierge dévoratrice.

Cité de feu - Philtre d'oubli - Vrille de fer.
Vierge damnée et Notre-Dame de l'Enfer.

Je te salue, ô très occulte, ô très profonde,
Luxure, Impératrice Immortelle du monde.

Août 1889.

in Aux Flancs du Vase


accueil

Tout et Rien sur Sappho de Lesbos

bibliothèque lesbienne par auteurs

musée lesbien

sexualité et saphisme. Ici dessin d'Ange et Damnation

 
Bibliographie :
???

Liens lesbiens :
???

 

© Copyright www.saphisme.com 1999-2011

pour écrire à la webmastrice : contact@saphisme.com


Page entoilée le

13/02/2006 et mise à jour le 01/01/2006


Édition sur le web :
- des traducteurs et commentateurs francophones de Sappho de Lesbos
- de textes par des auteurs qualifiés "lesbiens" par abus de langage dans
www.litterature-lesbienne.com
- d'une iconographie et d'une pinacothèque dénommées pompeusement "musée lesbien"
par passion livresque, sapphique, lesbienne, littéraire et pour tuer le temps.