Tombeaux de Sapho par Jean Cocteau in Vocabulaire (1922) ou
"Sapho, poétesse médiane / entre Cupidon et Diane" et
de l'homosexualité féminine ou du saphisme chez Jean Cocteau poète.
 

 

Le "porte-plume"« Je tiens mon porte-plume avec des doigts de laine. » in le poème Lettre du deuxième recueil Le Prince frivole (éd. o. Mercure de France, 1910 – p. 1361 des O.P.C. La pléiade) de Jean Cocteau (1889-1963) appelle souvent la mort et la mythologie grecque (Vénus, Narcisse, Orphée...). Les Poèmes à Jean Marais sont une merveille poétique érotique homosexuelle à lire ou relire. Rarement évoquée, l’homosexualité féminine se rencontre néanmoins plusieurs fois dans son oeuvre littéraire.
Dans le recueil « les Escales » les filles des bordels sont parfois des tribades comme le suggèrent les illustrations d’André Lhote.
De Sapho est le premier de la suite Tombeaux contenant cinq poèmes : de Sapho, de Socrate, de Narcisse, d’un Fleuve, de Don Juan, Du Chien d’Alcibiade qui appartiennent au recueil Vocabulaire (1922, Editions de la Sirène). Sur ces poèmes Lennox Berkeley composa une mélodie.
Sur et dans La Nappe du Catallan, poèmes écrits sur une nappe de restaurant à plusieurs, l’Écolier poète n’ignore pas Sodome et Gomorrhe et en appelle à l’androgynie ou à l’ambivalence des sexes.
Dans le Grand Ecart (Stock, 1923), Jean Cocteau décrit le couple Germaine et Louise.

 


ESCALES

            Clémentine
              et Célia
l’or de serre chaude en glaces
peintes la chair fraîche et grasse
de bétail camélia


Opéras naufragés
                                   Cent bouches
de dieu nègre au fond de la mer
coquillages
                                   R
                                U
                             O
                           B
                       M               Amer
                   A                    Picon
               T
                  deux sous
papier à mouches


En marge d’ « Escales »

Au-dessus de la port où frappe Simbad
Ces vers de mirliton
Je les enroule à un bâton De tendresse
Divin Priape !

Vos patronnes cela varie
Entre Madeleine et Marie
Et, comme une otarie blessée,
Ariane la délaissée

Assis sur le soir sur un baquet
John Rackam contemplait sa pipe
Comme un amateur de tuliques
Et sa bouche vous regrettait

L’arlequin La rose marine
Frégates – Jean Bart Un boulet
Sa mort au fond le carrelet
Baptême du feu tambourine

Mars et Novembre
On serait mieux
Dans une chambre
Que sous les cieux

Les dames blanches sont gentilles
Et pas pour le décorum
Bordeaux vaut mieux que les Antilles
Et le Muscadet que le Rhum

Quittez-vous petites tribades
Car un grand matelot approche
Si c’était le marin Simbad
Avec de l’or

Cocteau Œuvres poétiques complètes Gallimard La Pléiade pp. 263-272-287

 

TOMBEAUX

de Sapho

Voici, toute en cendres, Sapho,
Dont ce fut le moindre défaut
D’aimer, Vénus, les coquillages
Que vous entrouvrez sur les plages.

Le feu qu’elle éteint dans la mer
N’étant pas la flamme des cierges ;
Comme fleurs rougissent les vierges,
Sapho rougit comme le fer.

Ce feu dont ne reste que poudre,
Tua jadis une cité.
Mais soyons justes, car la foudre
Y tomba d’un autre côté.

Non. Sapho vous apprit à lire,
Vierges, dans son propre roman ;
Elle repose maintenant
Entre les jambes de sa lyre.

Sur ce beau corps mélodieux
Elle repose chez les dieux :
Sapho, déesse médiane
Entre Cupidon et Diane.

Cocteau Œuvres poétiques complètes Gallimard La Pléiade p. 319

 

L’ECOLIER

On parle je me tais c’est le poète
C’est le poète que j’étais.
Je me souviens des bancs de l’école
Et de la craie au pollen blanc.
On meurt plutôt que de parler
On voudrait s’en aller plus tôt.
Les dahlias qui fleurissent la cour
Y faisaient l’amour sans malice.
J’ai donné mon cœur mais je le prête.
On parle je me tais c’est le poète.
Copie ma vie et ma version latine
Copie et copions ensemble
Heureux chez toi où les jeux te ressemblent
Heureux le sel de Sodome et Gomorrhe…
Car l’enfance anoblit tous les défauts des hommes.
J’aimerais j’aimerais ce que tu ne sais faire
J’aimerais un frère comme toi
Si pareil à sa sœur qu’ils embrouillent les âmes
Et ta plus jeune sœur en guise d’amoureuse.

Cocteau Œuvres poétiques complètes Gallimard La Pléiade p. 758

accueil

Tout et Rien sur Sappho de Lesbos

bibliothèque lesbienne par auteurs

musée lesbien

sexualité et saphisme. Ici dessin d'Ange et Damnation

 
   

Bibliosapphisme francophone :

index des auteurs anciens - bibliosapphisme des XVI au XVIIIe s. - bibliosapphisme à partir du XIXe siècle

[sources : auction.fr
COCTEAU Jean et André Lhote.
Escales. in-4, 310 x 250 : (38 ff., 3 prem. et 2 dern. bl.), couverture illustrée. Broché. Paris, La Sirène (Impr. Kaldor), 1920
Édition originale de ce recueil de pièces de vers assez libres, évoquant les faciles amours tarifées.
Brillante illustration du peintre André Lhote, accompagnant, avec imagination et grâce, les poèmes de Cocteau. Cette collaboration est soulignée par l'indication, avec égale prééminence, des noms du peintre et de l'auteur sur la page de titre ; celle-ci, d'une typographie novatrice et réussie, est ornée par Lhote d'une image en couleurs à la sirène, dont la maison d'édition qui portait ce nom n'eut l'occasion de faire que cet unique usage.
L'illustration de Lhote comprend, outre cette vignette, une couverture illustrée et 37 compositions à pleine page, dont 13 aquarelles reproduites par l'atelier Marty. Il est tentant de comparer ce livre avec celui, quasi contemporain, de Grosz, Ecce homo, décrivant les mêmes lupanars ; la vigueur et la santé françaises y forment contraste avec la morbidezza berlinoise.
Intéressante typographie de Louis Kaldor en romain éclairé de corps 28, courant en tous sens sur la page, loin des canons classiques, et proposant, comme dans la célèbre Fin du monde de Cendrars, du même éditeur, un rapprochement entre la page illustrée et la page imprimée, avec un renouvellement significatif de cette dernière.
Tirage à 440 exemplaires, celui-ci est l'un des 40 premiers numérotés sur papier de Hollande.
Un cahier supplémentaire, Musée secret, accompagne l'exemplaire ; il contient cinq poèmes de Cocteau et cinq dessins en noir à pleine page de Lhote, qui ne figurent pas dans le tirage normal.
800 €]

- Jean Cocteau Œuvres Poétiques Complètes éditions Gallimard La Pléiade, 1999.

Liens lesbiens :
???

   
www.saphisme.com
Page entoilée le 08/04/2010 et mise à jour le 0/0/00

© Copyright 1999-2010

pour écrire à la webmastrice : contact@saphisme.com

Édition sur le net :

- des traducteurs et commentateurs francophones de Sappho de Lesbos
- de textes littéraires ou scientifiques qualifiés de lesbiens par abus de langage
- d'une iconographie et d'une pinacothèque dénommées pompeusement "musée lesbien".


Par passion livresque, sapphique, lesbienne, littéraire et pour tuer le temps.