Adrienne Monnier (1892-1955) libraire de La Maison des Amies des Livres chez saphisme.com

 

Fille de postier, Adrienne Monnier, née en 1892, est libraire de 1915 à 1951 au 7 rue de l’Odéon à Paris tandis que son amie américaine Sylvia Beach (1887-1962) tient en face, au 12 rue de l’Odéon, la librairie Shakespeare and Company de 1921 à 1941. (Lire en cliquant ici l'hommage de Jacques Prévert.) Malade, Adrienne Monnier se suicide en 1955 à l’âge de 63 ans.


Ici trois poèmes d'Adrienne Monnier.

Le premier est un auto-portrait dédicacé à Simone Guye comédienne qui fut l'une de ses collaboratrices.

Le second est adressé à son amie-amante-consoeur américaine "ma Soeur née par delà les mers" et le troisième est dédié à sa soeur Marie Monnier (1894-1976), épouse du peintre illustrateur Paul-Emile Bécat, qui exposa à la librairie La Maison des Amis des Livres ses broderies.

Aucun des poèmes d'Adrienne Monnier ne fait allusion à la poétesse Sappho ou à l'amour entre femmes. Néanmoins, cette auteure appartient à saphisme.com car le couple de Libraires Adrienne Monnier et Sylvia Beach éditrice d'Ulysses de James Joyce -toutes deux chevaliers de la Légion d'Honneur- animent entre les deux guerres l'activité littéraire à Paris et forment un couple lesbien célèbre. Laure Murat dans le dictionnaire des cultures gays et lesbiennes (Larousse, 2003) écrit :

"leur couple (car leurs relations sont d'une tranquille évidence ce qui équivaut à un manifeste pour l'époque). soudé sans être fusionnel, devient une figure du Tout-Paris et un modèle aussi original que discret dans le milieu lesbien."

COMME LA RELIGIEUSE ANCIENNE

A Simone Guye

Comme la religieuse ancienne
Qui trouvait en elle sa règle
Et, qui aidée par ses compagnes,
Etablissait une maison
Moitié ferme et moitié couvent,
J’ai fait ainsi ma Librairie.
Mais moi, je n’ai pas de Dieu !
Ce nom m’offense, me blesse
Jusqu’au cœur de mes racines,
Il m’ôte le goût de vivre,
Il arrache le bandeau
Qui recouvre cette plaie
Dont rien n’a pu nous guérir.

Quelques un de mes frères
Ont un pouvoir sur moi,
Leurs ordres me rassurent,
Je travaille pour eux,
J’oublie alors ma peine,
Je les console aussi.
Le voyageur perdu
C’est moi qui le ramène,
Je me réchauffe au feu
Que j’allume pour lui,
Je mêle à ses prières
Ma voix pleine de nuit.

in La Figure dans Les Poésies d'Adrienne Monnier p. 9

 

XIII

A SYLVIA BEACH

Je te salue, ma Sœur née par-delà les mers !
Voici que mon étoile a retrouvé la tienne,
Non pas fondue au feu du soleil primitif,
Mais vive, exacte et neuve en sa grâce étrangère,
Prodigue des trésors amassés en son cours.

Je chantais solitaire, attentive aux promesses
Que notre Mère écrit dans le regard des hommes,
L’éclat des diamants et l’orient des perles.
Je cachais en mon sein, comme un oiseau fragile,
Le bel espoir craintif qui se nourrit des miels.
Je vouais aux pudeurs, linges blancs et croisés,
La naissante pensée qu’on baptise de pleurs.
Je me sauve, à présent, oh ! ma Sœur, par tes soins,
De ces tourments, de ces regrets, de ces faiblesses !
La force me revient, et si j’aime la Nuit,
Si j’interroge encor ses dernières terreurs,
C’est pour mûrir la paix d’un jour définitif.
Déjà, Midi nous voit, l’une en face de l’autre,
Debout devant nos seuils, au niveau de la rue,
Doux fleuve de soleil qui porte sur ses bords
Nos Librairies.
Midi lève nos mains, déliées du service,
Pour l’appel des repas, pour le temps des silences,
Et fait étinceler, sous le jeu de leur signe,
La flamme encor cachée au cœur de nos pays.

in La Figure dans Les Poésies d'Adrienne Monnier p. 36

Le poème suivant est un hommage aux travaux de broderies de Marie Monnier (1894-1976), sa soeur cadette. Dans son testament datée de 1955, la libraire et poétesse Marie Monnier écrit : "Je désire que les quatre broderies dont elle (ma soeur) est l'auteur et dont elle m'a fait don aillent prendre place, à sa mort, dans les Musées de Paris où les voyaient par avance notre ami Lon-Paul Fargue." (source Passage de l'Odéon de Laure Murat)

POUR MARIE MONNIER
femme de Paul-Emile Bécat

Lumière ! soutiens et couronne
La patiente de ma sœur !
Ne te retire pas encore,
Demeure au cadre des fenêtres,
Que mon chant lisse les nuages
Et dégage le front du ciel,
Qu’il écarte de ta source
Tout ce qui peut la troubler,
Que tu verses au cœur tremblant
De la brodeuse fatiguée
La flamme qui prend à la flamme !


La flamme qui fait briller
L’aiguille glissant à ses doigts,
Pénètre sa chevelure
Et la transmue en or fin,
Vient diviser ses rayons
Aux points touffus de son ouvrage
Et donne à tout son visage
Le tendre éclat de la soie.

Soie issue en fumée solide
Du corps d’un infime ver
Où tâtonne le feu de vie…
Soie qui rends à la lumière
Cent regards pour un regard,
Peau recouverte d’yeux ouverts
Comme notre corps futur,
Tu fais la vertu sans pareille
Des broderie de ma sœur,
Je vois vivre les figures
Nées des mains qui te travaillent,
Plus belles que formées de pierre,
De bois, de laine ou de peinture.

Mais la tâche est lente et dure
Et ne laisse pas ruser,
Pour un matin d’allégresse
Où la promesse est donnée,
Voici le temps du sacrifice
Qui prend toute la parure
De l’ardent et jeune corps
Qu’on louait, sans demander plus,
D’être sa propre broderie.

Mais donne, ma sœur, ta lumière,
Brûle ta vie sur cet autel,
Tes fleurs seront immortelles
Si l’aiguille les sanctifie,
Et la grâce de ta figure
Aura la durée du soleil.

in La Figure dans Les Poésies d'Adrienne Monnier p. 38

 

accueil

Tout et Rien sur Sappho de Lesbos

bibliothèque lesbienne par auteurs

musée lesbien

sexualité et saphisme. Ici dessin d'Ange et Damnation

 

Bibliosapphisme :

- index des auteurs anciens
- bibliosapphisme des XVI au XVIIIe s.
- bibliosapphisme à partir du XIXe siècle

Bibliographie :
- Les poésies d'Adrienne Monnier La Figure - Les Vertus - Deux Poèmes - Poésies Diverses avec une lettre de Valéry Larbaud, Mercure de France, 1962.

- Laure Murat : Passage de l'Odéon, Sylvie Beach, Adrienne Monnier et la vie littéraire à Paris entre l'entre-deux-guerres. Gallimard, Collection Folio, 2005, (Fayard, 2003).

- Dictionnaire des cultures Gays et Lesbiennes sous la direction de Didier Eribon. Laure Murat écrit l'article : Monnier Adrienne (Paris, 1892- id. 1955) et Beach Sylvia (Baltimore, Maryland, 1887 - Paris, 1962).

Liens lesbiens :
???

 

© Copyright www.saphisme.com 1999-2011

pour écrire à la webmastrice : contact@saphisme.com


Page entoilée le

05/11/2008 et mise à jour le 0/0/0


Édition sur le web :
- des traducteurs et commentateurs francophones de Sappho de Lesbos
- de textes par des auteurs qualifiés "lesbiens" par abus de langage dans
www.litterature-lesbienne.com
- d'une iconographie et d'une pinacothèque dénommées pompeusement "musée lesbien"
par passion livresque, sapphique, lesbienne, littéraire et pour tuer le temps.