POÈMES SATIRIQUES LESBIENS TIRÉS DU RECUEIL LES QUARANTE BERGÈRES PAR

ROBERT DE MONTESQUIOU (1855-1921)

 

 

 

Dans sa biographie de Pierre Louÿs (Fayard,2002, p. 198), Jean-Paul Goujon brosse un portrait de Robert de Montesquiou-Fezensac :

"Ce fameux dandy et esthète régnait en dictateur des modes et du goût, servi par un esprit mordant, satirique et parfois venimeux. Mécène, il aima et protégea Verlaine, Gallé, Mallarmé et Gustave Moreau. Il s'occupait également de littérature et a laissé des écrits critiques de grand intérêt, ainsi que des vers satiriques fort piquants. Il se voulut surtout poète et publia nombreux recueils, où le pire voisine avec le meilleur".

Le comte Robert de Montesquiou est le modèle du duc Jean Des Esseintes, personnage du roman A rebours (1884) d'Huysmans et celui du personnage monsieur de Charlus chez Proust. Michel Rivière le dépeint avec moultes détails croustillants dans Les Amours Masculines, Anthologie de l'homosexualité dans la littérature (Lieu Commun, 1984) ou Homosexuels et bisexuels célèbres le dictionnaire (Deletraz Editions, 1997).

Dans Les Quarante Bergères, recueil de vers satiriques publiés volontairement de manière posthume en 1925, Robert de Montesquiou croque quelques quarante femmes de son entourage qu'il associe dans sa préface aux quarante Académiciens.

Cliquez sur http://www.corpusetampois.com/cle-20-montesquiou-abime.html pour en savoir davantage sur l'œuvre et l'auteur... Saphisme.com publie ici les cinq satires sur les "bergères" aux élans lesbiens...

 

Lilithdans la tradition hébraïque première femme d'Adam aux allures démoniaques

Lilith a pour parente une autre de son nom
Qui d'être un grand poète a conquis le renom
Et mêle en soi Sapho, StaëlGermaine de S. (1766-1817) auteure helvétique romantique exilée par Napoléon, (De l'Allemagne, Delphine) et Clémence Isaurepersonnage issue d'une fable : dame toulousaine du XIVe s. fondatrice du Consistoire de la Gaie Science devenue l'Académie des Jeux floraux.
Lilith, la regardant comme un ichtyosauregrand reptile fossile,
Se risque à parcourir le volume nouveau
Où cette muse vient de relier en veau
Mille vers de beauté, de grâce, de lumière.
De tels écrits la dame étant peu coutumière,
Elle y promène un œil aveugle, hostile et rond ;
Tout ce qu'ils ont de tendre est, pour elle, un affront.
Elle poursuit hagarde et, sur la fin, s'écrie :
"On va m'attribuer cette cochonnerie !!!..."

LES QUARANTES BERGÈRES

par Robert de Montesquiou,

(pp. 34-35, Librairie de France, 1925)

 

 

Reine

Dans tout ce qu'elle dit Reine met de son âme,
Donc elle salit tout ; même la Maison Mame
Ne trouverait pas grâce à sa barre, et Tissotpeut-être un littérateur ??
Par elle se verrait traité de petit sot.
Une femme est tribade, un homme est pédéraste
En moins de temps qu'il ne faut pour le dire ; chaste,
Elle l'est à peu près comme Pasiphaéépouse de Minos, roi de Crète, s'accouple avec un taureau et enfante le Minotaure, monstrueux homme à la tête de taureau ;
Mais le water-closet pue en son Evohécri des Bacchantes en l'honneur de Dionysos mais également nom d'un personnage féminin dans les poèmes de Banville
Et la parole est son véritable exutoire.
Sa conversation ouvre la cacatoirenéologisme scatologique enfantin et comique ;
On a dit d'elle un mot qu'il faut recopier :
"Elle parle...... et sa bouche appelle le papier."

LES QUARANTES BERGÈRES

par Robert de Montesquiou,

(pp. 58-59, Librairie de France, 1925)

 

 

Anguleuse

Anguleuse fut belle, il y a fort longtemps ;
Il ne lui reste plus que trois ou quatre dents,
Presque autant de cheveux, du nez et de l'astuce,
Des chapeaux de bébé, des robes prune ou puce,
Et surtout l'art savant de liquider le toc.
Elle excelle à ce truc et brille dans le troc.
Elle est végétarienne, elle fut dreyfusarde ;
Elle meuble un hôtel et demain le bazarde ;
Elle eut plusieurs maris et quelques amoureux
Sans compter de Lesbos les ébats langoureux.
Le tout est de savoir s'il faut pour la commande,
Parler à la Marquise..... ou bien à la Marchande !

LES QUARANTE BERGÈRES

par Robert de Montesquiou,

(pp. 34-35 Librairie de France, 1925)

 

 

Barine

Barine par la main Lesbienne fut touchée
Et ne sera jamais une jeune accouchée,
Elle célèbre un riterappelle les vers baudelairiens : De Sapho qui mourut le jour de son blasphème,/Quand, insutant le rite et le culte inventé en des abris fameux,
Profonds comme les bois et propices comme eux ;
Et d'un fait surprenant ces choses me sont dites.
"Pouvant, dans son auto, ramener un docteur,
Quand la réunion fut finie, un auteur,
Un duc, un m'as-tu vu, des vieux bons à connaître,
Me direz-vous pourquoi Barine a pris un prêtre,
Qu'est-ce qui, dans ce choix, peut lui paraître bon ?"
- Un sage, qui connaît les effets et les causes
Et déduit la raison des plus subtiles choses,
Dit : "c'était le seul mâle habillé d'un jupon."

LES QUARANTE BERGÈRES

par Robert de Montesquiou,

(pp. 92-93 Librairie de France, 1925)

 

Abîme

Non, rien n'est absolu, disait un jour Catulle ;
Le vice qui, chez nous, saphique s'intitule
Et consiste à mettre
elle à la place de lui,
A des soirs de relâche et des matins d'ennui
Qui souhaitent parfois de connaître autre chose
Que l'effort sans effet et que l'effet sans cause.
Sapho fut infidèle et Phaon le passeur,
Dont l'étreinte n'était pas celle d'une sœur,
La reprit à la douce Attys, à ses compagnes,
Qui s'en allaient à deux errer dans les campagnes.
Abîme, qui depuis des ans a le renom
D'avoir une compagne au lieu d'un compagnon,
Abîme, je vous jure, amis, m'a pris la... main,
Et ce geste m'a fait, j'avoue, une peur bleue.

LES QUARANTE BERGÈRES

par Robert de Montesquiou,

(pp. 94-95 Librairie de France, 1925)

in Anthologie de la poésie érotique française Choix et présentation par Jean-Paul Goujon Précédé de Une histoire de la poésie érotique française, Fayard, 2004, 40 euros, 1006 pages.

http://www.corpusetampois.com/cle-20-montesquiou-abime.html pour apprendre que cette satire se rapporte à Louise Abbéma peintre officiel de la IIIe République française (Étampes 1853 ou 58- Paris 1927).

http://www.corpusetampois.com/cae-19-abbema040.html


 


 


accueil

Tout et Rien sur Sappho de Lesbos

bibliothèque lesbienne par auteurs

musée lesbien

sexualité et saphisme. Ici dessin d'Ange et Damnation

 
   

Bibliographie :
- Jean-Paul Goujon : Anthologie de la poésie érotique française Choix et présentation par Jean-Paul Goujon Précédé de Une histoire de la poésie érotique française, Fayard, 2004, 40 euros, 1006 pages.

- Jean-Paul Goujon : Pierre Louÿs, une vie secrète (1870-1925), Fayard, 2002.

- Robert de Montesquiou : LES/QUARANTE/BERGÈRES/ Portraits satiriques en vers/inédits/de/ROBERT DE MONTESQUIOU/Ornées d'un fronstispice/d'Aubrey Beardsley/et de lettrines gravées sur/bois par Llano-Florez/LIBRAIRIE DE FRANCE/110, boulevard Saint-Germain - Paris. (1925)


Liens lesbiens :
http://www.corpusetampois.com/cle-20-montesquiou-abime.html

http://www.corpusetampois.com/cae-19-abbema040.html

   
www.saphisme.com
Page entoilée le 02/12/2004 et mise à jour le 10/12/2004

© Copyright 1999-2010

pour écrire à la webmastrice : contact@saphisme.com

Édition sur le net :

- des traducteurs et commentateurs francophones de Sappho de Lesbos
- de textes littéraires ou scientifiques qualifiés de lesbiens par abus de langage
- d'une iconographie et d'une pinacothèque dénommées pompeusement "musée lesbien".


Par passion livresque, sapphique, lesbienne, littéraire et pour tuer le temps.