Bilitis et Mémento Galant, poèmes du "plaisir lesbien" par le poète Henri de Régnier (1864-1936)

 

Né à Honfleur en 1864, Henri de Régnier publia ses premiers vers à l’âge de 21 ans. Il fréquenta les mardis de Mallarmé. Appartenant à l’école symboliste, fort partisan du vers libre, Henri de Régnier revint à des formes plus traditionnelles. Romancier, il écrivit également ses souvenirs littéraires et fut élu à l’Académie française en 1911. La petite histoire littéraire retient : Le poète José-Maria de Hérédia né à Cuba en 1842 eut deux filles Marie et Louise. La première épousa Henri de Régnier et eut pour amant et père de son fils, l'ami de son mari : Pierre Louÿs. La seconde épousa l'amant de sa soeur pour en divorcer !!! Marie de Hérédia épouse Régnier, poète et romancière écrivit sous le pseudonyme de Gérard d'Houville. Les époux Régnier se racontèrent chacun dans des romans autobiographiques : L'inconstante (1903) par Gérard d'Houville et "La double Maîtresse" (1900) par Henri de Régnier. Le sonnet suivant s’inspire des Chansons de Bilitis (1895) de son ami et rival, Pierre Louÿs. Dans l'imbroglio affectif, sexuel et familial des Régnier, Hérédia et Louÿs, à quel amant s'adresse "Le Mémento galant" ?


SONNET

Bilitis, pour louer l’Amour, tu as cueilli,
Sur le même rosier qui fleurit double et porte
L’une et l’autre en sa pourpre épanouie et forte,
Deux roses dont le sang en pétales jaillit.

Dans la coupe d’onyx que ton geste remplit
Aux deux amphores d’or qu’un esclave t’apporte,
Tu verses pour le dieu vers qui ta voix exhorte
Le vin du même cep en même temps vieilli ;

Car l’Eros que tu sers dans l’Ile délicate
N’est pas celui qui veut l’étreinte disparate
Où la vierge succombe à l’amant musculeux ;

Bilitis est pieuse à l’amour qui, comme elle,
Subtil en sa caresse et souple dans ses jeux,
Semble être dans une autre à soi-même fidèle.

 

MEMENTO GALANT

Vous eûtes pour maîtresse en cette même année
Anne de Cardeillan à vous qui s’est donnée,
Presque vierge, comme, dit-on, on l’est souvent
Lorsque à peine l’on vient de sortir de couvent.
Anne de Cardeillan, peu après, vous fut prise
Un beau jour sans façon par la belle Coryse
De Kerlion qui pour payer le tort qu’elle eut
Envers vous vous livra son corps ardent et nu,
Car Coryse est toujours, à sa manière, honnête.
Ayant donc ainsi satisfait à cette dette,
Sans scrupule et la regardant comme son bien,
Elle fit d’Anne alors son plaisir lesbien
Et lui fit préférer à vos rudes étreintes
Sa langue délicate entre ses lèvres peintes.
Ce fut cette année-là aussi qu’à votre tour
Vous eûtes Jeanne Arnal et Christine Latour :
Vous pouvez encore ajouté à votre liste
La brune Eléonore et la rousse Calixte
Dont la beauté brûlante en vos bras à frémi.
Et vous aurez ainsi, je pense, mon ami,
Dans votre souvenir le nom de toutes celles
Dont les douces faveurs faciles ou rebelles
Vous firent leur amant, ensemble ou tour à tour,
Goûter en ce même an les plaisirs de l’amour.

In Ariane et autres poèmes.

 

accueil

Tout et Rien sur Sappho de Lesbos

bibliothèque lesbienne par auteurs

musée lesbien

sexualité et saphisme. Ici dessin d'Ange et Damnation

Bibliographie :
???

Liens lesbiens :
???

 

© Copyright www.saphisme.com 1999-2011

pour écrire à la webmastrice : contact@saphisme.com


Page entoilée le

03/07/2004 et mise à jour le 00/00/0000


Édition sur le web :
- des traducteurs et commentateurs francophones de Sappho de Lesbos
- de textes par des auteurs qualifiés "lesbiens" par abus de langage dans
www.litterature-lesbienne.com
- d'une iconographie et d'une pinacothèque dénommées pompeusement "musée lesbien"
par passion livresque, sapphique, lesbienne, littéraire et pour tuer le temps.