Les poésies de Sapho : fragments de classement incertain,

traduit par Théodore Reinach et Aimé Puech (Alcée- Sapho, éd. Les Belles Lettres, 1937) 

 

 

Table des matières du livre Sapho

Avertissement : ce travail d'entoilage par www.saphisme.com en l'honneur de Sappho de Lesbos et de ses traducteurs français ne reproduit pas le texte grec de l'édition bilingue des Belles Lettres.

FRAGMENTS DE CLASSEMENT INCERTAIN



§ 1. FRAGMENTS CONSERVES LITTERALEMENT, RANGES SELON LE METRE.

A) ELEGIAQUES. DACTYLIQUE EOLIENS

1° Hexamètre éolien (vers éolien catalectique)

127 Athénée II, 54 F
Des pois chiches dorés croissaient sur le rivage.


128 Athénée XIII, 571 D
Latone et Niobé étaient des compagnes qui s’aimaient tendrement.


129 Gellius Noctes atticae XX, 7
Homère raconte que Niobé eut six fils et six filles ; Euripide lui en donne sept, Sappho neuf, Bacchylide et Pindare dix.


130 Hérodote II, 187, 16
Comme un enfant, j’ai volé vers ( ?) ma mère.


2° Pentamètres éoliens catalectiques

131 Scholie Sophocle Electre 149
Le rossignol, à la voix suave, messager du printemps…


3° Tétramètres éoliens catalectiques

132 Tryphon Réthorique grecque VIII, 760 Moschopoulos Opuscule 86, Diogène , VI, 58 ; Epitome III, 26 ou II, 39
Je ne veux ni le miel (qui flatte le goût) ni les abeilles (qui piquent).


4° Dimètres dactyliques catalectiques (adoniques).

133 Marius Plotius
Ô Adonis

5° Vers de longueur incertaine.

134 Plutarque Comment réprimer la colère
Lorsque la colère s’enfle dans la poitrine, sachez contenir une langue bavarde


135 Apollonios Du pronom, 99, 17
… lorsque (le sommeil) pendant la nuit entière leur prend (les yeux).


136 Athénée, II, 57 d
Beaucoup plus blanc qu’un œuf.


137 Scholie anonyme sur Apollonios de Rhodes (Argonautiques, I, 1123)
Ne remue pas les tas de sables...


138 Appolonios Du pronom, 107, 11
Celui qu’elle ( ?) appelle son fils…


139 Demetrios, Sur l’élocution, 162
Plus or que l’or lui-même.


140 Grégorios Scholies sur Hermogène, VII, 1236
plus blanche que le lait
plus tendre que l’eau
plus mélodieux que les lyres,
d’un port plus superbe qu’un cheval,
plus charmante que les roses
plus souple qu’un beau manteau
plus précieuse que l’or

B) TROCHAIQUES ET IAMBIQUES


141 Héphaïstos Ench. XV 18-19
J’ai à moi une jolie petite fille, faite comme une fleurette d’or, ma Kléïs chérie ; (je ne l’échangerais) ni contre toute la Lydie ni contre l’aimable (Lesbos ?)...

142 Héhaïstos XV 25
Venez à moi, ô Muses, quittant (votre palais) doré...

143 Scholie Aristophane in Plutarque 729
Un mouchoir ( ?) qui coule goutte à goutte


144 Et. Magnum p. 759
De quels yeux...

C) DACTYLO-TROCHEES

145 Philodemus
(Hécate ?) la servante, éclatante d’or, d’Aphrodite

D) ANAPESTO-IAMBIQUES ( ?)

146 Héphaistos Enchir, XV, 3, p. 89
Et toi-même, ô Calliope !...

147 Etymol. Magnum
Quand tu dors sur le sein d’une tendre compagne...

E) IAMBELEGIAQUES

148 Démétrios de Elocution, 164
La terre, fécondes en couronnes, s’émaille de fleurs...

149 Aristote Ethic. Nicom. VII, 7
L’entremetteuse de l’artificieuse Cyprys.


F) IONIQUES MAJEURS

150 Héphaistos, Enchir, XI, 3, p. 52-3 et Oxyrhynchus Papyri II, pap 220
La lune monta, pleine, et les jeunes filles, après s’être rangées autour de l’autel...

151 Héphaistos, Enchir, XI, 3, p. 68
Ainsi jadis les Crétoises, de leurs pieds délicats, dansaient aux sons de la musique autour d’un autel charmant, foulant les tendres et douces fleurettes du gazon.

G) IONIQUES MINEURS

1° Tétramètres

152 Héphaistos Enchi. X , Pausanias IX, 29, Dioscorides, A.P.VII, 407
Il est mort, ô Cythérée, le tendre Adonis, Qu’allons-nous faire ?
- Frappez votre sein, jeunes filles, déchirez votre tunique...
- (Hélas ! Adonis !),


2° Trimètres

153 Héphaistos, Enchir, XII, 2,
Pourquoi, fille de Pandion, aimable hirondelle,...


154-155 Héphaistos, Enchir, XIV, 7
Andromède a fait un beau marché...
Sappho, pourquoi (méprises-tu) Aphrodite féconde en bienfaits ?...


3° Anaclomènes

156 Héphaistos, Enchir, XII, 4 (cf. Anth. Pal IX, 521)
J’ai conversé en songe avec la déesse de Cypre


H) CHORIAMBIQUES

157 Héphaistos, IX, 2
A moi, grâces délicates et Muses à la belle chevelure !

158 Atilius Fortunatianus, De metris Horatii, 359
Une vierge à la voix douce.

159 Schol. De Pindare, Ol., II, 96 ; Pythiques V, 1
L’argent, sans la vertu, n’est qu’un hôte incommode.

I) STROPHE ALCAIQUE

160 Aristote Rhétorique I, 9, 1367a

Le jeune homme : - J’ai envie de te dire quelque chose, mais la honte m’empêche...
La jeune fille : - Si tu n’avais dans l’âme que le désir du Beau et du Bien, si ta langue ne s’agitait pas pour prononcer une parole mauvaise, la honte ne voilerait pas tes yeux et tu dirais franchement ta pensée.

Note : On peut croire qu’Aristote s’est laissé abuser par une tradition sans fondement qui voyait dans ce poème un dialogue entre Alcée et Sapho. Il s’agit, plus vraisemblablement, d’un poème imaginaire de Sapho sous forme de strophes dialoguées. Cf. Wilamowitz, Sappho und Simonide.


161 Athénée, XIII, 564 D
Arrête-toi, ami, en face de moi... et déploie à mes yeux toute ta grâce.


162 Maxime de Tyr, XVIII
J’envoie un grand salut à la fille de Pollyanax


§ 2. ALLUSIONS A DES PASSAGES NON CITES LITTERALEMENT
ET DONT ON VOIT SEULEMENT LE SENS

163 scholie Hésiode in Op et dies 74
Sappho dit que Peithô (la Persuasion) est fille d’Aphrodite.

164 scholie Apollonius de Rhode, III, 26 Pausanias, IX, 27
Apollonius de Rhodes fait Eros le fils d’Aphrodite, tandis que Sappho lui donne pour parents la Terre et le Ciel.


165 scholie Apollonius de Rhode, IV, 57
La fable des amours de Séléné (et d’Endymion) a été racontée par Sappho et par Nicandre dans la 2e chant de l’Europe ; et l’on dit que c’est dans cet antre (du Latmos) que Séléné descendait pour retrouver Endymion.


166 Servius, ad Vergil. Eclog. VI, 42
Prométhée, fils de Japet et de Clymène, après avoir créé les hommes, monta, dit-on, au ciel avec l’aide de Minerve et, en allumant une torche à la roue du Soleil, déroba le feu qu’il révéla aux hommes. Les dieux irrités envoyèrent alors deux maux sur la terre : les fièvres et les maladies, comme le racontent Hésiode et Sappho.


167 Servius, ad eneidem, VI, 21
Certains veulent qu’il faille entendre sept garçons et sept filles que Thésée a délivrée en même temps que lui-même, comme le dit Sapho dans ses poésies lyriques.


168 Zenobius, III, 3 (Paroemiagraphi, I, 58)
Plus amie des enfants que Gello.


169 Athénée, X, 425 a.
Chez les anciens, les enfants des meilleures familles servaient d’échansons... La belle Sappho complimente plusieurs fois son frère Larichos comme servant d’échanson aux Mytiléniens attablés dans le prytanée.


170
Aristote, Rhétorique II, 23, p. 1398 b
La mort est un mal. Les dieux en jugent ainsi, car, sinon, ils choisiraient de mourir.


171 Pollux, VI, 107
Anacréon rapporte que les anciens se servaient aussi d’anis pour tresser des guirlandes ; de même que Sappho et Alcée. Et ces deux auteurs en disent autant de l’ache.


172 Libanius, Orat., I, 402
Puisse cette nuit me durer la durée de deux nuits.


173 Strabon , XIII, 1, 68
Plus tard, le nom d’Aiga fut réservé au cap lui-même, comme le dit Sapho, et le reste (de la région montagneuse) s’appela Cané ou Canai.


174 Athénée, XIII, 596, B
(Parmi les courtisanes de Naucratis) il y avait notamment Doricha que la belle Sapho accusa dans ses vers, lorsqu’elle devint la maîtresse de son frère Charaxos, d’avoir exploité celui-ci.


175 Scholie de Pindare in Pythies IV, 410 ; Pausanius, VIII, 18, 5
L’or est fils de Zeus... la rouille ne saurait l’atteindre.


176 Philostrate, VIII, 18, 5
Sapho aime la rose et la célèbre toujours de quelque manière ; elle lui compare les belles jeunes filles.


177 Himérius , Orat. XIII, 7
Maintenant je dois te comparer au Musagète lui-même, tel que le dépeignent Sapho et Pindare dans leurs poèmes, orné d’une chevelure et d’une lyre d’or, et qu’il l’envoient, voituré par des cygnes vers l’Hélicon, pour y danser avec les Muses et les Grâces.

§ 3. DEBRIS DE PHRASES. MOTS ISOLES.

178 Iulianus , Epître 18
Toi mon unique souci.


179 Aristides, I, 425
1. (Un éclat) aveuglant les yeux...
2. (semblable) à la fleur de jacinthe...


180 Eustathe, Opuscule, 345, 54
... Non pas une courtisane, une de ces amitiés vagabondes, et, comme disait Sapho, « qui semble une belle propriété publique », mais etc.


181 Photius, Lexicon
akakos (littéralment : sans mal).
Sapho emploie le mot au sens de « celui qui n’a pas éprouvé le mal », et non au sens de homme de bien.


182 Maxime de Tyr, XXIV
1. (L’amour) dispensateur de souffrances...
2. (L’amour) tisseur de contes...


183 Etymologie, Magnum, p. 77, 1 Choroboseus in Théodor. I, 357
Amamaxys, la vigne soutenue par des échalats. Sapho écrit par un d : des amamaxydes.


184 Orion, Lexicon, III, 12
« Amara » (un canal), ainsi nommé parce qu’il est soulevé ( ?) ou creusé à l’aide d’une bêche (amé) ; telle est l’explication d’un commentaire sur Sapho.


185 Appolonuis Dyscolus, De Adverbiis, 182, 22
De même dans les substantifs, il y a des irrégularités de déclinaison, comme par exemple érysarmates (traîneurs de char), lita (pluriel de lis, linceul), et chez Sapho aua (accusatif de auôs, aurore).


186 Etymologie, Magnum, p. 174, 42
Auôs, l’aurore, c’est-à-dire, le jour. Telle est la forme employé par les Eoliens. Sapho : « Souveraine Aurore ».


187 Athénée, IV, 182 E XIV, 636 C
Euphorion le poète épique dit dans son livre Des jeux isthmiques : « les instruments aujourd’hui appelés nablistes, pandouristes (guitaristes), sambycistes (harpistes) ne se servent pas d’un instrument nouveau, car le barômos et le barbitos (instruments de musique), que mentionnent Sapho et Anacréon, sont anciens. »


188 Pollux, VII, 49.
« Beudos », terme de Sapho ; (synonyme de kimberikon, qui désigne une courte tunique transparente).


189 Phrynichus I, 34, 2
Sapho appelle gruta un coffret (où sont conservés des parfums et autres articles de femmes).


190 Hésychius
Le mot hector désigne les chevilles plantées sur un timon ; Sapho l’emploie comme épithète de Zeus.


191 Cramer, Anecd. Oxon., IV, 325, 28
Inversement chez les Eoliens, le Z remplace parfois le D, comme lorsque Sapho écrit zabaton (gué) pour diabaton.


192 Scolie in Iliade 241
Forme analogue à j’irais et je conduirais chez Sappho.


193 Eustath, ad Iliad, p. 603, 30
Le grammairien Aristophane dit que le vent impétueux et destructeur est appelé vent Katarès par Alcée et Sapho, parce qu’il possède un élan violent.


194 Choeroboscus in Theodos, I, 282
Kindun, génitif kindunos : c’est la forme qu’emploie Sapho au lieu du nominatif kindunos (danger)...


194 Philostrate, Imag., II, 1 Aristaenetus, I, 10
(Les jeunes filles) à la voix de miel


196 Ioannes (Philoponus à Alexandrinus, grammairien grec, IV, 30
L’accent aigu se place sur la finale, sur la pénultième ou l’antépénultième ; jamais en deça. Nous écartons l’accentuation Méôeia qui se trouve chez Sapho, parce qu’elle divise la diphtongue ei.


197 Cramer, Anecd. Oxon., I, 278, 17
Et le génitif pluriel est « Mosàon » chez les Laconiens, « Moisaàon » chez Sapho.


198 Phrynichus, 273 (361, Rutherford)
Nitron (alacali)
Telle est la forme du mot en éolien, notamment chez Sapho, en attique on écrit avec un l « litron »


199 Scolie in Iliade, III, 219 Etym. Magnum, p. 42, 40
Qui sait beaucoup


200 Scolie de Théocrite, II, 88
(Skutharion =) qualifie une espèce de bois


201 Orion Etymologie, 28, 15
Tortue


202 Pollux, VI, 98
Reinach pense que le mot désigne non, comme le veulent plusieurs, des vases d’or, mais des astragales d’or, dont, si je ne me trompe, il a été question dans le récit de l’amitié de Niobé et Latone (cf. fr. 128)


EPIGRAMMES (APOCRYPHES ?)

203 Anthologie palatine VI, 269
Quoique je sois sans voix, voici que je réponds si l’on m’interroge, car j’ai inscrit sous mes pieds une parole ineffaçable :
« A (Artémis) Aithopia, fille de Latone, Aristo m’a consacrée, née d’Hermocleitas fils ( ?) de Saünos, ta servant, ô souveraine des femmes ! puisses-tu, bienveillante, en reconnaissance de cette ofrande, donner à notre lignée une bonne renommée ! »

Note : La statue était probablement placée dans le temple d’Artémis Aithopia à Lesbos (cf. Revue étude grecques V, 413 mot grec.... d’où l’attribution à Sapho

204 Anthologie Palatine VII, 489
Cette poussière est celle de Timas : enlevée avant l’hyménée, la sombre chambre de Perséphone l’a reçue. Et lorsqu’elle mourut, toutes ses compagnes, d’un fer fraîchement aiguisé, tranchèrent la gracieuse chevelure de leures têtes et la déposèrent en offrande.


205 Anthologie Palatine VII, 505
Sur la tombe du pêcheur Pélagon, son père Méniscos a déposé cette nasse et cette rame, en souvenir de sa rude existence.


206 Démétrios, De l’élocution, 142
(La cigale) fait sortir de dessous ses ailes un chant strident, lorsqu’elle charme ( ?) l’ardeur répandue sur la plaine ensoleillée ( ?).


207 Hesychius
orana khelidonon orophé
(non traduit)

208 Athénée XIII, 599
Chante, ô Muse au trône d’or, du noble pays aux belles femmes, cet hymne que chantait agréablement le vieillard de Téos.

Note : le noble pays aux belles femmes est Lesbos.

 

 

in Alcée-Sapho texte établi et traduit par Théodore Reinach membre de l'Institut avec la collaboration de Aimé Puech Membre de l'Institut Professeur honoraire de l'Université de Paris © Les Belles Lettres 1937, p. 289 à 324.

accueil

Tout et Rien sur Sappho de Lesbos

bibliothèque lesbienne par auteurs

musée lesbien

sexualité et saphisme. Ici dessin d'Ange et Damnation

 
   

Bibliosapphisme francophone :

index des auteurs anciens - bibliosapphisme des XVI au XVIIIe s. - bibliosapphisme à partir du XIXe siècle

Alcée-Sapho--texte établi et traduit par Théodore Reinach Membre de l'Institut avec la collaboration de Aimé Puech-cinquième tirage- Paris- Les Belles Lettres-1989 (première édition 1937).

Liens lesbiens :
???

   
www.saphisme.com
Page entoilée le 30/03/200ç et mise à jour le 13/03/2010

© Copyright 1999-2010

pour écrire à la webmastrice : contact@saphisme.com

Édition sur le net :

- des traducteurs et commentateurs francophones de Sappho de Lesbos
- de textes littéraires ou scientifiques qualifiés de lesbiens par abus de langage
- d'une iconographie et d'une pinacothèque dénommées pompeusement "musée lesbien".


Par passion livresque, sapphique, lesbienne, littéraire et pour tuer le temps.