Sapho (1903, Lemerre) par Renée Vivien, Première Partie : ODES  

 

voir notre page d'accueil sur Renée Viivien.

 

TABLE

PREFACE...................................................I

BIOGRAPPHIE DE PSAPPHA.........................VII

Première Partie : ODES................................I

             Ode à l'Aphrodita........................3

             Ode à une Femme aimée..............11

Deuxième Partie : EPITHALAMES................131

Troisième Partie : FRAGMENTS..................139

 

 


 

Ode à l’Aphrodita

de Sappho de Lesbos traduit et interprété par Renée Vivien (1903)


Toi dont le trône est d’arc-en-ciel, immortelle Aphrodita, fille de Zeus, tisseuse de ruses, je te supplie de ne point dompter mon âme, ô Vénérable, par les angoisses et les détresses. Mais viens, si jamais, et plus d’une fois, entendant ma voix, tu l’as écoutée, et, quittant la maison de ton père ; tu es venue, ayant attelée ton char d’or. Et c’étaient de beaux passereaux rapides qui te conduisaient. Autour de la terre sombre ils battaient des ailes, descendus du ciel à travers l’éther. Ils arrivèrent aussitôt, et toi, ô Bienheurese, ayant souri de ton visage immortel, tu me demandas ce qui m’était advenu, et quelle faveur j’implorais, et ce que je désirais le plus dans mon âme insensée. « Quelle Persuasion veux-tu donc attirer vers ton amour ? Qui te traite injustement, Psappha ? Car celle qui te fuit promptement te poursuivra, celle qui refuse tes présents t’en offrira, celle qui ne t’aime pas t’aimera promptement et même malgré elle. » Viens vers moi encore maintenant, et délivre-moi des cruels soucis, et tout ce que mon cœur veut accomplir, accomplis-le, et sois Toi-Même mon alliée.



Accueille, immortelle Aphrodita, Déesse,
Tisseuse de ruse à l'âme d'arc-en-ciel,
Le frémissement, l'orage et la détresse
            De mon long appel.


J'ai longtemps rêvé : ne brise pas mon âme
Parmi la stupeur et l'effroi de l'éveil,
Blanche Bienheureuse aux paupières de flamme,
            Aux yeux de soleil.
Jadis, entendant ma triste voix lointaine,
Tu vins l'écouter dans la paix des couchants
Où songe la mer, car ta faveur hautaine
            Couronne les chants.

Je vis le reflet de tes cheveux splendides
Sur l'or du nuage et la pourpre des eaux,
Ton char attelé de colombes rapides
            Et de passereaux.

Et le battement lumineux de leurs ailes
Jetait des clartés sur le sombre univers,
Qui resplendissait de lueurs d'asphodèles
            Et de roux éclairs.

Déchaînant les pleurs et l'angoisse des rires,
Tu quittas l'aurore immuable des cieux.
Là-bas surgissait la tempête des lyres
            Aux sanglots joyeux.

Et toi, souriant de ton divin visage,
Tu me demandas : " D'où vient l'anxiété
A ton grave front, et quel désir ravage
            Ton corps tourmenté ?
 
 

Qui te fait souffrir de l'âpre convoitise ?
Et quelle Peithô , plus blonde que le jour
Aux cheveux d'argent, te trahit et méprise,
            Psappha, ton amour ?

" Tu ne sauras plus les langueurs de l'attente.
Celle qui te fuit te suivra pas à pas.
Elle t'ouvrira, comme la Nuit ardente,
            L'ombre de ses bras.

Et, tremblante ainsi qu'une esclave confuse,
Offrant des parfums, des présents et des pleurs,
Elle ira vers toi, la vierge qui refuse
            Tes fruits et tes fleurs.

" Par un soir brûlant de rubis et d'opales
Elle te dira des mots las et brisés,
Et tu connaîtras ses lèvres nuptiales,
            Pâles de baisers. "

 

Saw the white implacable Aphrodite,
Saw the hair unbound and the feet unsandalled
Shine as fire of sunset on western waters ;
             Saw the reluctant

Feet, the straining plumes of the doves that drew her,
Looking always, looking with necks reverted,
Back to Lesbos, back to the hills whereunder
             Shone Mitylene ;

Heard the flying feet of the Loves behind her
Make a sudden thunder upon the waters,
As the thunder flung from the strong unclosing
             Wings of a great wind.

So the goddess fled from her place, with awful
Sound of feet and thunder of wings around her,
While behind a clamour of singing women
             Severed the twilight.

             SWINBURNE : Poems and Ballads, Sapphics.


Cliquez sur Sapphics pour lire la traduction de Gabriel Mourey (1922, Stock) de l'extrait de ce poème anglais de Swinburne.

Ode à une Femme aimée

de Sappho de Lesbos traduit et interprétée par Renée Vivien (1903)

Il me paraît l’égal des Dieux, l’homme qui est assis dans ta présence et qui entend de près ton doux langage et ton rire désirable, qui font battre mon cœur au fond de ma poitrine. Car lorsque je t’aperçois, ne fût-ce qu’un instant, je n’ai plus de paroles, ma langue est brisée, et soudain un feu subtil court sous ma peau, mes yeux ne voient plus, mes oreilles bourdonnent, la sueur m’inonde et un tremblement m’agite toute ; je suis plus pâle que l’herbe, et dans ma folie je semble presque une morte… Mais il faut tout oser…


L'homme fortuné qu'enivre ta présence
Me semble l'égal des Dieux, car il entend
Ruisseler ton rire et rêver ton silence,
             Et moi, sanglotant,

Je frissonne toute, et ma langue est brisée :
Subtile, une flamme a traversé ma chair,
Et ma sueur coule ainsi que la rosée
             Apre de la mer ;

Un bourdonnement remplit de bruits d'orage
Mes oreilles, car je sombre sous l'effort,
Plus pâle que l'herbe, et je vois ton visage
             A travers la mort.


Ille mi par esse deo videtur,
Ille, si fas est, superare divos,
Qui sedens adversus identidem te
             Spectat et audit

Dulce ridentem, misero quod omnes
Eripit sensus mihi : nam simul te,
Lesbia, aspexi, nihil est super mi
             . . . . . .
Lingua sed torpet, tenuis sub artus
Flamma demanat, sonitu suopte
Tintinnant aures, gemina teguntur
             Lumina nocte.

             CATALLUS : Carmina Ad Lesbiam.

 

 

accueil

Tout et Rien sur Sappho de Lesbos

bibliothèque lesbienne par auteurs

musée lesbien

sexualité et saphisme. Ici dessin d'Ange et Damnation

 
   

Bibliosapphisme francophone :

index des auteurs anciens - bibliosapphisme des XVI au XVIIIe s. - bibliosapphisme à partir du XIXe siècle

- bibliographie, oeuvres de Renée Vivien et bibliographie sur Renée Vivien

Liens lesbiens :
???

   
www.saphisme.com
Page entoilée le 0/0/2008 et mise à jour le 01/01/00

© Copyright 1999-2010

pour écrire à la webmastrice : contact@saphisme.com

Édition sur le net :

- des traducteurs et commentateurs francophones de Sappho de Lesbos
- de textes littéraires ou scientifiques qualifiés de lesbiens par abus de langage
- d'une iconographie et d'une pinacothèque dénommées pompeusement "musée lesbien".


Par passion livresque, sapphique, lesbienne, littéraire et pour tuer le temps.